Actualité

Soutenance de thèse en sociologie : Adèle Yaméogo obtient la mention très honorable

Le samedi 17 octobre 2020, à l’université Joseph Ki-Zerbo, sous la direction du Pr Kamba André Marie Soubeiga, Adèle Yaméogo a soutenu avec brio sa thèse pour monter en grade de docteur en sociologie. Le thème de son travail est : « Des innovations en médecine traditionnelle autour des phyto-médicaments au Burkina Faso : acteurs, pratiques et enjeux ». Après observation de la forme et du fond, le jury a, à l’unanimité, décerné à Adèle Yaméogo le grade de docteur, avec la mention très honorable.

« Des innovations en médecine traditionnelle autour des phyto-médicaments au Burkina Faso : acteurs, pratiques et enjeux » c’est le thème que Adèle Yaméogo a présenté à sa soutenance de thèse. À travers cette réflexion, elle s’est focalisée particulièrement sur la dimension thérapeutique de la médecine traditionnelle qui comporte deux volets à savoir les pratiques et les produits.

Dr Adèle Yaméogo

Face à un jury composé de quatre personnes et présidé par le Pr Jean-Baptiste Ouédraogo, la désormais Dr Adèle Yaméogo a soutenu que les transformations qui interviennent par la science et la technique sont plus visibles et plus importantes autour des produits, composés pour la plus part de plantes médicinales.


De plus, elle a fait savoir l’influence que les institutions internationales de la santé ont sur les politiques de phyto-médicaments en Afrique. Elle a expliqué qu’ « Autour de ces produits, d’une part, se mobilisent plusieurs acteurs aux intérêts divergents, et d’autre part, se dévoilent des jeux d’acteurs, professionnels de santé, autorités administratives, représentants d’organisations régionales et internationales ».

Les techniques mobilisées pour la collecte de données ont été principalement l’entretien semi-directif et l’observation directe.


Poukom Adèle Yaméogo est enseignante chargée du cours d’anthropologie urbaine à l’université Nazi Boni de Bobo Dioulasso depuis août 2020. Elle a produit des œuvres scientifiques telles que « les pratiques de prescriptions des médicaments traditionnels améliorés (MTA) dans les structures sanitaires publiques de la ville de Ouagadougou ».

Cette mention est le fruit de cinq années de labeur. Je suis très contente. Je remercie infiniment mon directeur de thèse le professeur Kamba André Marie Soubeiga qui m’a supporté, guidé, soutenu et encouragé tout le long de cette belle aventure ainsi qu’à tous les enseignants du département des sciences humaines(sociologie)

Dofinitta Augustin Khan (Stagiaire)

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com