Actualité

Paix et cohésion sociale : L’association IQRA outille des femmes de Djibo, Guibasso et Titao

L’Association « IQRA » (savoir lire, en arabe) a organisé en fin de semaine dernière à Ouagadougou le forum des femmes leaders des villes de Djibo, Guibasso et Titao sur le thème : « Renforcement de la résilience des femmes : facteur de cohésion sociale et de paix durable ». Il s’est agi pour elle, après trois jours de formation, de montrer aux partenaires les activités menées sur le terrain pour renforcer la résilience des femmes victimes de l’insécurité dans ces localités.

Le Burkina Faso vit depuis 2016 une situation d’insécurité marquée par des attaques terroristes à répétition. Des hommes, des femmes et même des enfants sont victimes, sans distinction, de ces actes d’un autre âge. Les survivants, dont des femmes, sont obligés de quitter leurs villages abandonnant tout ou presque derrière eux.

Pour contribuer à juguler cette situation en permettant aux femmes victimes de ces attaques ainsi que leurs enfants de retrouver le sourire, l’Association « IQRA » a initié et met en oeuvre le Projet « Semer la graine de la paix ». Des femmes bénéficient, dans le cadre de ce projet, de formations et d’autres actions devant leur permettre de reprendre en main leurs vies et d’impacter positivement leurs communautés.

Vue des participants au forum

En fin de semaine dernière, elles ont tenu à Ouagadougou leur forum national en présence des partenaires dont l’ambassadeur des Etats Unis au Burkina, Sandra Clark et des représentants des structures étatiques. « Le forum fait suite à trois jours de formation que les femmes ont reçue sur, entre autres, la production des jeux pour promouvoir la paix. Ce sont des femmes bénéficiaires du Projet « Semer la graine de la paix ».

Le forum est l’activité qui met fin à la série de formations et c’était aussi l’occasion de rencontrer les différents acteurs qui nous accompagnent afin qu’ils sachent ce que nous faisons sur le terrain. C’est un forum d’une journée qui vient de mettre fin à la formation », a expliqué Hawa Bissiri, coordonnatrice de l’Association IQRA.


En effet, pendant trois jours, une trentaine de monitrices venues de Djibo, Guibasso et Titao ont été formées, entre autres, en production de jeux pour promouvoir la paix. Le Projet « Semer la graine de la paix » a été lancé en 2018 et doit prendre fin en 2021. Il est bâti sur trois piliers que sont « Faire le bilan de ma vie », « alphabétisation, formation professionnelle » et « Comment mieux vivre ». Dans le cadre de ce projet, les femmes ont été formées en leadership, santé communautaire, paix et sécurité, communication non violente. « Notre objectif est de faire d’elles des vecteurs de paix dans leurs communautés d’origine », ajoute Hawa Bissiri.

Hawa Guira, coordonnatrice du Projet IQRA

Le principal partenaire technique et financier du projet est l’Ambassade des Etats-Unis au Burkina Faso. En choisissant d’apporter son appui à l’initiative, le Pays de l’Oncle Sam, selon Sandra Clark, est convaincu que la femme est la principale victime de la crise sécuritaire. « Les femmes sont les piliers de la vie humaine. Ce sont aussi les femmes qui paient le plus dans les situations de conflit. De ce fait, nous pensons qu’il faut en tout temps doter les femmes des outils nécessaires, aussi bien sur le plan de développement personnel, de l’éducation, que sur le plan économique afin de contribuer au renforcement de la résilience », a-t-elle indiqué.

Sandra Clark, ambassadeur des Etats-Unis au Burkina

En rappel, le projet a été lancé en décembre 2018 et est prévu pour prendre fin en 2021. Il touche 1000 femmes sur le terrain et doit impacter la vie de 3000 enfants et d’une soixantaine de leaders religieux et communautaires.

J.T.B

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com