Actualité

Burkina Faso : Les responsables du commerce au parfum de la biotechnologie et la biosécurité

Le Forum Ouvert sur la Biotechnologie Agricole (OFAB-Burkina) a organisé une session de formation et de sensibilisation au profit des agents du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat.  L’OFAB projette ainsi apporter une meilleure connaissance et lever les opinions préconçues sur la Biosécurité et également la Biotechnologie à travers le partage d’informations basées sur les connaissances scientifiques et adaptées à la compréhension du citoyen lambda.

Le Docteur Edgar Traoré, coordinateur pays de l’OFAB-B définit les biotechnologies comme un « ensemble de méthodes et techniques qui utilisent les organismes vivants ou leurs composants dans des applications spécifiques (…».

Par ailleurs, dit-il, la biotechnologie est vue en tant qu’un sujet à portée scientifique et peu maîtrisé par le public. Pourtant plus vaste que cela, a-t-il poursuivi, elle est généralement confondue au phénomène des organismes génétiquement modifiés (OGM) pourtant sujets aux préjugés et à la méfiance d’une partie de l’opinion formée entre autres d’activistes et d’organisations de la société civile.

« Le pain, le vin, le yaourt, le dolo, la bière, le soumbala, les galettes »

Dans cette guerre d’opinions, « les activistes ont dépassé les scientifiques sur le terrain », selon les dires du Directeur Edgar Traoré. L’OFAB tente ainsi de démystifier la question par la mise en évidence des domaines dans lesquels la biotechnologie a fait ses preuves auprès des cadres.

Un nombre considérable d’apports des biotechnologies dans le domaine médical est enregistré parmi lesquels les promoteurs citent les lâchés-tests des moustiques génétiquement modifiés du projet Target Malaria.

Relativement aux doutes qui pèsent sur ce projet, des dialogues et des focus group sont organisés pour éclairer les zones d’ombre, a rassuré le Docteur Epopa Patrick, chercheur à l’Institut de recherche en Sciences de la Santé. Le Docteur Sawadogo Moussa, modérateur et chargé principal de Programme AUDA-NEPAD et Programme ABNE, a tenu à ajouter que la biotechnologie « sert à résoudre des problèmes sanitaires majeurs lorsque des solutions classiques ne peuvent pas s’appliquer ».

Dans le domaine alimentaire, « le pain, le vin, le yaourt, le dolo, la bière, le soumbala, les galettes », sont des produits issus de la biotechnologie au quotidien par le processus de la fermentation, a expliqué le Dr Edgar Traoré aux cadres.

Pour que certaines biotechnologies ne tombent pas entre les mains de ceux qui veulent en faire des mésusages…

Appliquée à l’agriculture, la biotechnologie consiste,  entre autres, au choix des meilleures espèces culturales en matière de rendement, à faire des croisements entre les espèces et à pratiquer la modification des gênes afin de développer de meilleures variétés d’espèces comme « le coton BT, la tomate, le maïs ».

Les acteurs de la biotechnologie ont reconnu qu’il faut s’intéresser aux mécanismes d’encadrement de la biotechnologie puisqu’il faut bien des garde-fous pour prévenir des utilisations nocives et les risques liés à la biotechnologie.

A en croire le Dr Zézouman Sanon, directeur de la communication de lAgence Nationale de Biosécurité (ANB), pour que certaines biotechnologies ne tombent pas entre les mains de ceux qui veulent en faire des mésusages, le Burkina Faso, a ratifié le protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques en 2003 et en 2006, adopté la loi portant régime de sécurité en matière de biotechnologie au Burkina Faso.

Tiendrébéogo Josué (stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com