Actualité

Élections 2020: Zephirin Diabré redoute une fraude électorale


Après avoir observé une pause de 48 heures en mémoire des 14 FDS tombées lors de l’attaque de Tin-Akoff, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) poursuit avec le chronogramme de ses meetings dans le cadre du double scrutin présidentiel et législatif 2020. A cet effet, le parti du lion a tenu, ce dimanche 15 novembre, son grand meeting du Kadiogo au stade municipal de Ouagadougou.

Lions, lionnes et lionceaux de l’UPC, venant de divers horizons de la capitale, se sont fortement mobilisés et ont pris d’assaut la cuvette du stade municipal de Ouagadougou à l’occasion de ce grand rassemblement autour de leur candidat à la présidentielle, Zephirin Diabré. Ce meeting fut donc l’occasion pour les candidats de l’UPC aux législatives et leur président d’inviter leurs militants à voter le parti aux législatives comme à la présidentielle. « Si vous votez l’UPC, nous pourrons vivre dans la quiétude dans le pays », a laissé entendre, au noms des candidats, Issouf Nikiéma, le maire de Komsilga.

Pour Zephirin Diabré, le pouvoir actuel a obtenu « zéro sur vingt dans toutes les rubriques; que ce soit dans la lutte contre l’insécurité, la promotion de la réconciliation nationale, la lutte contre le chômage des jeunes, la promotion des femmes et la lutte contre la corruption ».

Zephirin Diabré a rencontré ses militants et sympathisants du Kadiogo au stade Issoufou Joseph Kondombo

C’est pourquoi, il estime que le Burkina Faso a besoin d’une nouvelle équipe pour mettre en place un programme ambitieux. Le candidat Diabré entend alors, une fois élu président au soir du 22 novembre, remédier aux problèmes iminants du pays. A cet effet, la lutte contre le terrorisme va constituer l’une des premières « urgences des actions » de M. Diabré, qui croit d’ailleurs que l’action militaire seulement n’a jamais pu vaincre le terrorisme.

« On le voit bien en Afghanistan qu’avec les Talibans depuis 30 ans on n’arrive pas à résoudre le problème par l’action militaire », a-t-il fait savoir, tout en proposant qu’il faut d’autres actions en plus de celles militaires. Par là, il laisse entendre qu’il entend gérer le problème du terrorisme différemment par rapport à ce que le pouvoir du MPP fait actuellement.

Deuxièmement, Zephirin Diabré voudrait mettre en place un gouvernement fondé sur la base de la réconciliation nationale qui inclura, selon lui, «même le MPP» qu’il aura battu. Dans la même dynamique, le candidat Diabré veut œuvrer pour le retour des exilés politiques au pays. « D’ailleurs sous ma houlette, en tant que président du chef de file de l’opposition (CFOP), nous avions adressé une lettre au président du Faso dans laquelle nous décrivons notre vision et les étapes qui devraient nous amener à une réconciliation nationale ». D’après ce que le CFOP proposait, a-il confié, le grand forum de réconciliation devrait se tenir au mois de juin passé pour permettre d’avoir des élections ouvertes et inclusives. « Malheureusement ils n’ont pas accordé une attention à cela », a-t-il regretté.

Zéphirin Diabré dit avoir reçu des alertes sur une éventuelle fraude électorale

Les militants et sympathisants de l’UPC se sont mobilisés pour soutenir leur candidat Zéphirin Diabré pour la présidentielle de 2020

Il poursuit en affirmant que le troisième point de son programme concerne la question de la corruption. Pour lui, « ce régime est né des entrailles d’une insurrection et cela s’est déroulée parce que l’on dénonçait la mal gouvernance, mais ça fend mal le cœur des Burkinabè que ce même régime n’accorde pas une grande attention à la lutte contre la corruption et au contraire il est un agent de la corruption ».

Le candidat de l’UPC veut également enclencher une révolution industrielle manufacturelle qui permettra d’employer les jeunes ainsi que d’avoir une croissance durable. « Il faut que nous arrêtons d’être un pays qui achète tout partout. Il faut que nous aussi on fabrique des choses que les autres viendront acheter», a-t-il soutenu, tout en indiquant qu’un autre aspect de cette révolution au Burkina concernera le domaine agricole qu’il considère comme rudimentaire à l’instar de nombreux pays africains. Il compte ainsi mettre en place, une fois à Kosyam, son projet « un village, un tracteur » pour accroître la productivité afin de permettre à tous les Burkinabè de manger trois fois par jours.

Zéphirin Diabré redoute une fraude électorale

Dans son projet de gouvernance du pays, Zephirin Diabré dit vouloir accorder une grande place à la chefferie coutumière. Il entend donc créer une chambre consultative coutumière où les rois et les chefs coutumiers du pays vont siéger et apporter leurs avis pour la bonne gouvernance, et surtout « nous permettre de renouer avec les fondements de notre Burkindlim ( Burkinabité ), notre histoire et notre coutume parce que nous avons tendance à être aculturé ».

Par ailleurs, le candidat Diabré affirme que d’après les mobilisations des populations dans les différentes régions du pays où il est passé, il sent une forte adhésion et espère rassembler les voix pour créer d’abord le second tour avant d’accéder au fauteuil présidentiel puisque, pour lui, le coup K.O n’est pas possible.

Il a tenu aussi à signaler pour conclure que : « Nous avons eu des informations qui nous alarment sur des possibilités de fraude électorale. Un de nos amis a capté un message où on a l’intention de demander aux haut-commissaires et aux préfets d’envoyer la liste des gens qui sont dans les Commissions Électorales Provinciales Indépendantes (CEPI) et des Commissions Électorales Communales Indépendantes (CECI) ». Il lance alors un appel à tous ceux qui sont dans les bureaux de vote de ne pas se laisser acheter afin que l’on puisse avoir des élections transparentes.

Hervé KINDA (Stagiaire)
Minute.bf

Source : Minute.bf

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com