Actualité

Procès pour fraude au concours de la CNSS : L’ex DRH et son épouse condamnés à 30 et 12 mois d’emprisonnement ferme

Accusés de recrutement frauduleux à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), le sort des 7 agents de ladite institution est connu. Selon le verdict rendu public, le lundi 16 novembre 2020, trois prévenus ont été condamnés et les quatre autres ont été relaxés pour faits non constitués.

Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH est condamnée à 12 mois d’emprisonnement ferme et 500.000 FCFA d’amende assortie de sursis. Norbert Zéda, l’ex-DRH, reconnu coupable des faits, est condamné à 30 mois d’emprisonnement ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique.

Me Hien Sansan représentant la prévenue Soré Liliane

Daniel Sawadogo, l’ex chef de personnel, est condamné à 20 mois d’emprisonnement ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. Tel est le verdict prononcé par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI) à l’issue du procès sur le recrutement frauduleux à la CNSS en 2018. Les quatre autres prévenus ont été relaxés pour faits non constitués. Parmi eux figure Soré Liliane, poursuivie pour fraude, négligence des règles du recrutement, favoritisme. Sa défense a été assurée par Me Hien Sansan. Ce dernier s’est réjoui du verdict et a exprimé son soutien aux autres inculpés qui pourront faire appel dans les 15 jours à venir.

Tassembédo Honirine Houmsa Hounou, plaignante bénéficiant d’une réparation pécuniaire

Une satisfaction partielle du côté des plaignants

De son côté, Tassembédo Honorine Houmsa Hounou, plaignante s’est réjouie partiellement de ce verdict. Candidate au dit concours, elle avait posé plainte contre les organisateurs du concours pour le plagiat au profit d’autres candidats. Ces derniers ont été déclarés admis par contre, elle, est sur la liste d’attente. Selon le verdict, elle a droit à un dédommagement, à hauteur de plus de 2 500 000 FCFA et 3 500 000 FCFA à l’endroit des prévenus. Mais cela est loin de ses attentes a-t-elle fait savoir.

En effet, Honorine estime que la reprise du concours aurait été plus bénéfique pour elle et ces camarades. « Nous attendons maintenant le Tribunal administratif pour qu’il annule la décision, car le Tribunal pénal a ordonné que le test soit repris » a-t-elle déclaré.

Le secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo

Du côté du Réseau national de lutte contre la corruption (REN-LAC), c’est une satisfaction partielle vu la longueur de la procédure. Le secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo a indiqué que ce verdict marque un pas dans la lutte contre la corruption. « Ça doit sonner le glas pour tous le fraudeurs qui sont dans les sociétés d’Etat en train de faire des recrutements frauduleux », a fait savoir Sagado Nacanabo. Concernant la reprise du concours frauduleux, le Tribunal s’est déclaré incompétent pour décider. Quant aux condamnés, ils ont 15 jours pour faire appel.

Judith SANOU

Le Faso.net

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com