Actualité

Épidémie de poliomyélite au Burkina : C’est parti pour le 2e round de la campagne de vaccination de riposte

Le Burkina Faso à l’instar d’autres pays de la sous-région Ouest africaine fait face à une épidémie de poliomyélite avec 49 cas déclarés à ce jour (13 novembre 2020). Pour apporter une réponse à cette épidémie, le ministère de la Santé, à travers la direction de la prévention par les vaccinations, a lancé une campagne de vaccination des enfants de 0 à 59 mois. Le deuxième round de ladite campagne se déroule du 13 au 16 novembre 2020 dans 36 districts sanitaires du pays.

Depuis 2009, le Burkina Faso n’avait plus enregistré de cas de poliomyélite. Malheureusement, en janvier 2020, un cas a été signalé dans le district sanitaire de Ouargaye, entrainant une réaction rapide des autorités sanitaires qui ont procédé à la vaccination des enfants du district concerné et de celui de Bittou. A la date du 8 novembre 2020, le Burkina Faso enregistre désormais 49 cas de poliomyélite. Ces cas s’étendent sur 12 des 13 régions que compte le pays, a indiqué Dr Annick Sidibé, responsable du service communication et mobilisation sociale à la Direction de la prévention par les vaccinations (DPV).

Dr Issa Ouédraogo, directeur de la prévention par les vaccinations

Devant la recrudescence de la maladie, le ministère de la Santé à travers la DPV mène une campagne de vaccination de riposte au profit des enfants de 0 à 59 mois. Le second round de la campagne se déroule du 13 au 16 novembre 2020 dans 36 districts sanitaires du pays. Dix autres districts sanitaires débutent à la même date le premier round de la campagne de riposte. Les régions concernées sont le Centre, Centre-ouest, Sahel, Centre-sud, Centre-nord, Plateau central et l’Est.

Outre la campagne de vaccination de riposte, pour lutter contre l’épidémie, la direction de la prévention par la vaccination a renforcé la surveillance des paralysie flasques aigues chez les enfants de 0 à 15 ans au niveau national, ainsi que la vaccination de routine des enfants de 0 à 23 mois.

Les médias invités à s’engager dans la lutte contre la poliomyélite

Dans le cadre de cette campagne, la DPV a tenu ce vendredi 13 novembre 2020, une rencontre avec les journalistes afin de les briefer, mais aussi solliciter leur accompagnement dans la lutte contre la poliomyélite. Dr Sidibé a rappelé que l’infection à poliovirus est très contagieuse et la paralysie peut survenir 72 heures après l’exposition au virus. Une fois la paralysie installée, il n’existe pas de traitement curatif. La prévention demeure donc le seul moyen efficace de lutte contre la poliomyélite, d’où la nécessité pour les parents d’adhérer à la campagne de vaccination, afin qu’aucun enfant ne soit laissé de côté.


Et comme l’a souligné Dr Issa Ouédraogo, directeur de la prévention par les vaccinations, tout enfant non vacciné court le risque d’être infecté par le virus, qui peut entrainer la mort, mais aussi une paralysie définitive. C’est pourquoi dit-il, « Nous devons faire en sorte qu’aucun enfant n’échappe à cette campagne pour nous assurer que tout le monde est vraiment protégé, parce qu’un seul enfant qui n’a pas été vacciné est un sujet à risque pour lui-même et son entourage ».

Photo de famille

Justine Bonkoungou

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com