Actualité

Délibérations sur le scrutin du 22 novembre 2020 : Le président de la CENI veut prendre le public burkinabè à temoin

Alors qu’ils proclamaient lundi 23 novembre les résultats de l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, les membres de la CENI avaient suspendu l’exercice. Au lendemain, le président de la CENI, Newton Ahmed Barry et ses collaborateurs se sont justifiés au cours d’une déclaration.

A en croire le président de la CENI, la compilation manuelle des résultats a été la cause du départ des cinq commissaires sur les quinze. « Cinq d’entre nous sont revenus encore sur la question de la compilation manuelle et ont dit que comme ils n’avaient pas une vue très précise sur le fait que c’a été fait ou pas, dans la majorité des cas, il était préférable que nous suspendions la proclamation et que nous nous donnions toute la nuit pour instruire les CCCR pour que dans la diligence, les compilations manuelles nous parviennent toute la nuit jusqu’à 8h de ce matin pour permettre de reprendre nos travaux. Ce matin à 8h, les dix commissaires étaient présents. Nous avons constaté l’absence des cinq autres commissaires. Nous avons pris l’initiative de savoir pourquoi ils n’étaient pas au rendez-vous. Ils nous ont répondu que c’est parce qu’ils n’étaient pas sûrs que les compilations manuelles ont été faites sur l’ensemble des CCCR et que pour s’en convaincre, c’était mieux de reporter l’heure du début de la reprise des travaux. En concertation des dix, nous avons accepté de reporter à 10h. »

A cette heure, les cinq commissaires ont encore manqué à l’appel, rapporte Newton Ahmed Barry. Conformément au règlement intérieur de la CENI, la reprise de l’examen de la validation de la publication des résultats a été entamée.

« Nos camarades ne nous ont pas donné les raisons formelles de leur non participation aux travaux en dehors de la question de la compilation manuelle pour laquelle nous ne sommes pas en divergence avec eux », a expliqué Newton Ahmed Barry.

Le président de la CENI a tenu à rappeler qu’ils vont proclamer les résultats provisoires et il appartient au Conseil constitutionnel d’en décider en dernier ressort. « C’est pour cela que nous voudrions donc prendre les Burkinabè à témoin du bon esprit qui nous habite, notre volonté de faire les choses ensemble et de constater aussi que nous n’avons pas réussi à faire revenir nos camarades », a-t-il conclu.

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com