Actualité

Campagne agricole de saison sèche au Burkina : Plus de 130 000 tonnes de céréales sont attendues d’ici à 2021

C’est dans la commune rurale de Bama, dans la province du Houet, région des Hauts-Bassins, que le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, a procédé, ce jeudi 26 novembre 2020, au lancement officiel de la campagne agricole de saison sèche 2020-2021. Environ 131 520 tonnes de céréales dont 124 003 tonnes de riz et 7 518 tonnes de maïs sont attendues d’ici la fin de la campagne.

Une campagne agricole (humide) vient de s’achever et une autre commence. En effet, afin de lutter efficacement contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire au Burkina Faso, le ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, a lancé officiellement, dans la matinée de ce jeudi 26 novembre 2020 dans la commune de Bama, la campagne agricole de saison sèche 2020-2021. Cette campagne est une opportunité pour les agriculteurs disposant de l’eau à des fins de production, d’entreprendre une seconde campagne.

Les producteurs de la région des Hauts-Bassins fortement représentés

Le choix du thème de cette année à savoir « Contribution de la riziculture irriguée de saison sèche à la réalisation de l’initiative : produire un million de tonnes de riz paddy d’ici à 2021 », n’est pas fortuit. A en croire le ministre Salifou Ouédraogo, pour cette campagne sèche, la priorité sera mise sur la production du riz, afin de compenser les importations devenues difficiles avec le contexte international et ce, conformément à l’initiative du président du Faso, Roch Kaboré, qui consiste à produire un million de tonnes de riz paddy d’ici à 2021. « L’objectif de cette initiative est d’accroitre la production locale de riz, afin de combler la quasi-totalité de nos besoins et faire face aux importations massives », a-t-il souligné.

Le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo

Il est attendu pour cette campagne agricole de saison sèche, 131 520 tonnes de céréales dont 124 003 tonnes de riz et 7 518 tonnes de maïs ; 1 492 987 tonnes de cultures maraichères dont 599 486 tonnes d’oignons bulbes et 328 532 tonnes de tomates. Aussi, il est attendu 995 963 tonnes de produits fruitiers dont 380 812 tonnes de mangues, 303 432 tonnes d’anacardes et 203 237 tonnes de bananes. Cependant, les défis du secteur agricole restent importants pour une modernisation, une intensification et une valorisation de la production agricole.

Les autorités présentes à la cérémonie de lancement de la campagne sèche à Bama

C’est pourquoi, le ministère en charge de l’agriculture compte renforcer l’accompagnement des producteurs dans le but d’intensifier et de booster la production dans son ensemble et particulièrement celle du riz. « Mon département s’est engagé à apporter aux productrices et producteurs, les appuis dont 3 388 tonnes de semences de riz irrigué ; 384,9 kg de semences maraichères ; 205 fermes modèles d’exploitation agricole ; 250 kits d’irrigation goutte à goutte ; 107 motopompes ; 68 forages équipés de pompes solaires immergées et 114 puits maraichers », a laissé entendre Salifou Ouédraogo.

L’exécution de l’acte symbolique de lancement de la campagne sèche

Selon lui, ces appuis ont besoin d’être valorisés à travers leur exploitation optimale. Pour cela, le ministre a invité tous les producteurs à se mobiliser et à prendre d’assaut tous les sites de production pour leur mise en valeur. Aussi, le ministre a saisi cette occasion pour les rassurer que le gouvernement accorde désormais la priorité aux produits nationaux dans les achats institutionnels. L’innovation majeure pour cette campagne agricole de saison sèche est la mise en place des coopératives d’utilisateurs de matériels agricoles.

Le ministère met 31 tracteurs à la disposition des producteurs

Pour cette campagne agricole, le ministère a décidé de mettre à la disposition des producteurs organisés en Sociétés coopératives simplifiées d’utilisateurs de matériels agricoles (SCOOPS-UMA), 31 tracteurs à prix subventionné dont les puissances varient de 60 et 50 chevaux, selon le modèle du revolving. Les SCOOPS-UMA sont entrées en possession des tracteurs au cours de la cérémonie, après avoir payé chacune un acompte de 2 500 000 FCFA pour les 60 chevaux et 2 000 000 FCFA pour les 50 chevaux.

Le ministre remettant la clé d’un tracteur à une coopérative bénéficiaire

Le reste des coûts d’acquisition devra être payé au bout de 4 campagnes. Il a invité les SCOOPS-UMA bénéficiaires à faire bon usage de ces tracteurs et surtout à veiller au paiement des traites car les ressources issues de ces remboursements permettront de payer d’autres tracteurs au profit d’autres producteurs. Aussi, il a adressé ses remerciements à tous les partenaires qui accompagnement le pays dans sa quête permanente de développement et de modernisation de l’agriculture burkinabè.

Dans sa lutte contre l’insécurité alimentaire, le gouvernement burkinabè bénéficie du soutien de la FAO (The Food and Agriculture Organization). Cette organisation a été représentée à la cérémonie de lancement de la campagne par Dauda Sau qui a salué l’initiative présidentielle, celle de produire un million de tonnes de riz paddy d’ici à 2021. Il a affirmé que la FAO est engagée au côté du gouvernement pour l’atteinte de ses objectifs en matière d’auto-suffisance alimentaire. Ainsi, sa contribution sera, entre autres, de mobiliser des terres, de l’eau, des engrais, des semences améliorés afin d’atteindre les objectifs escomptés. En plus d’apporter des conseils techniques aux producteurs, la FAO veut mobiliser d’autres partenaires financiers au côté du Burkina Faso.

Dauda Sau, représentant la FAO à cette cérémonie

Quatre milliards de FCFA pour aménager la plaine de Bama

Moussa Koné est le président de la Chambre nationale d’agriculture. Au nom des producteurs et productrices du Burkina Faso, il a salué l’initiative de cette campagne sèche qui, dit-il, est devenue une coutume depuis une vingtaine d’années. Il a par ailleurs souligné que cette cérémonie de lancement est une tribune accordée aux producteurs pour partager leurs préoccupations et formuler des engagements et des ambitions en matière de production, pour réussir la campagne de saison sèche. « C’est également une occasion pour les acteurs du monde rural de recevoir les orientations du gouvernement en général et du département de l’agriculture en particulier en matière de production en saison sèche », a-t-il laissé entendre.

Des stands d’exposition ont été initiés à l’occasion du lancement de la campagne

Tout en prenant l’engagement au nom des producteurs à s’investir davantage dans la réussite de la campagne agricole de saison sèche, et à la réalisation de l’initiative qui est de produire un million de tonnes de riz paddy, le président Moussa Koné a souligné quelques difficultés que les producteurs rencontrent et particulièrement ceux de la commune de Bama.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com