Actualité

Cour des comptes : Des conseillers et vérificateurs à l’école du jugement des comptes de gestion

La Cour des comptes du Burkina tient une session de formation sur le jugement des comptes de gestion pour ses conseillers et vérificateurs. Pour cette session qui va prendre cinq jours, le premier président de la Cour des comptes, Jean Emile Somda, a présidé la cérémonie d’ouverture, ce lundi 30 novembre 2020 à Ouagadougou.

Créée en 2000 et fonctionnelle à partir de 2002, la Cour des comptes du Burkina Faso peine toujours à fonctionner comme il se doit. Plusieurs difficultés sont sur le chemin de cette institution. C’est le constat de son premier responsable, le premier président de la Cour des comptes, Jean Emile Somda. A titre d’exemple, il a cité le cas de l’accumulation des comptes non jugés qui sont estimés à plus de 4 000.

Selon le premier président, cette session de formation est le point de départ d’une véritable relance tous azimuts des activités juridictionnelles de la Cour des comptes. « Cette formation vient à propos pour une mise à niveau en vue d’une prise à bras le corps d’un pan des activités de la Cour des comptes restées en veilleuse », a-t-il déclaré.

Une opération « casier vide »

A en croire Jean Emile Somda, la présente session de formation prépare le terrain pour une mise en œuvre pratique d’un objectif que vise la Cour des comptes. Tout en invitant les participants à une participation active pour « une maîtrise totale de tout le processus de vérification, d’instruction et de jugement des comptes en gestion, le premier président leur a indiqué qu’une « opération casier vide des comptes de gestion à juger » sera lancée afin de rattraper le retard accusé dans le jugement des comptes.

Le premier président de la Cour des comptes, Jean Emile Somda

Cette opération, selon Jean Emile Somda, va éviter que des comptes de gestion ne tombent sous le coup de la prescription. La Cour des comptes espère sur le gouvernement et son partenaire technique et financier, l’Union européenne (UE), pour rendre effective cette opération. Actuellement, c’est l’UE à travers le Projet d’appui au renforcement des capacités de la Cour des comptes du Burkina Faso (PARC-CC) qui accompagne la Cour pour cette session de formation.

La photo de famille

Depuis 2016, la Cour des comptes continue de « fonctionner dans le statut quo », a laissé entendre son premier président. Le processus de la relecture de la loi organique portant création de cette Cour a été enclenché en 2016. « Nous osons espérer une fois la parenthèse des élections refermée que la question sera réinscrite à l’agenda gouvernemental », a souhaité Jean Emile Somda.

Mais d’ores et déjà, la Cour des comptes, dans son premier axe de son nouveau plan stratégique (2019-2023), veut renforcer son cadre juridique, institutionnel et organisationnel.

Cryspin Masneang Laoundiki

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com