Actualité

Journée mondiale du SIDA : Plus de 300 personnes dépistées en une journée au CHU Yalgado Ouédraogo

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du SIDA célébrée le 1er décembre de chaque année, la Société burkinabè de pédiatrie a initié une campagne de dépistage du VIH dans dix structures de santé. Elle concerne en priorité les enfants, mais aussi leurs familles. Ce 2 décembre 2020, le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les IST était au CHU Yalgado Ouédraogo pour constater le déroulement de la campagne.

Selon le rapport 2019 de l’ONUSIDA, 9 100 enfants seraient infectés par le VIH au Burkina Faso. Pourtant, la file active ne compte que 3034 enfants. Plus de 6000 enfants infectés ignorent donc leur statut sérologique et par conséquent ne sont pas pris en charge. « Malgré l’engagement du personnel soignant et des autorités, il existe des difficultés dans la prise en charge, notamment le dépistage des enfants, de la fratrie et des parents », déplore Dr Angèle Kalmogho/Zan.

Dr Angèle Kalmogho/Zan

Elle relève que ce dépistage commence d’abord à la maternité, puisque la transmission est d’abord mère-enfant chez l’enfant et ensuite en pédiatrie lorsque l’enfant est malade.

C’est pourquoi, fort de ce constat, la Société burkinabè de pédiatrie (SOBUPED) en collaboration avec le Secrétariat permanent du conseil national de lutte contre le sida et les IST (SP/CNLS-IST) et le Programme sectoriel de lutte contre le sida et les IST (PSSLS-IST) a initié une campagne de dépistage du VIH dans dix structures de santé, le 1er et 2 décembre 2020.

Une maman (en arrière-plan) venue faire dépister son bébé

Pour la première journée, au CHU Yalgado Ouédraogo, ce sont plus de 300 personnes qui ont été dépistées, preuve de l’engouement qu’a suscité la campagne de dépistage. Certains résultats sont sortis positifs. Les personnes testées positives seront introduites dans la file active et prises en charge, conformément à l’objectif que s’est assigné la SOBUPED.

Améliorer les résultats

Dr Salam Dermé qui coordonne le département chargé du secteur santé du SP/CNLS- IST, représentant le secrétaire permanent, a tenu à féliciter et encourager la SOBUPED pour avoir initié cette campagne de dépistage au profit des enfants et de leurs familles. « Jusque-là, quand nous prenons les statistiques dans le domaine du VIH pédiatrique, nos résultats ne sont pas bons. Nous avons vu des acteurs dans ce domaine qui se sont engagés à nous aider à relever les indicateurs. En principe, actuellement nous devons être à peu près autour de 9 000 enfants dépistés et mis sous traitement. Mais au résultat, nous sommes aux alentours de 3000. Donc ce genre d’initiative permet aux soignants de retrouver les enfants et à partir des enfants, les parents, les frères, pour les dépister et immédiatement les mettre sous traitement », a-t-il relevé.

Dr Salam Dermé

Dr Dermé a par ailleurs indiqué que le SP/CNLS-IST s’engage à accompagner la SOBUPED, afin qu’elle puisse pérenniser son initiative et l’étendre à d’autres centres de santé.

Justine Bonkoungou

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com