Actualité

Gestion durable de l’eau : La stratégie nationale validée

La commune de Manga a abrité les 3 et 4 décembre 2020, la 37e session ordinaire du Conseil national de l’eau (CNEau). Plus d’une cinquantaine de participants ont part à cette assise dont l’objectif ultime est la gestion durable des ressources en eau et la promotion des bonnes pratiques en matière d’hygiène, concourant ainsi à la bonne santé des populations. A l’issue des travaux, ils ont validé la stratégie nationale de l’eau.

L’eau est une ressource rare, vulnérable, indispensable à la vie. Sans une maitrise et une bonne gestion de « ce précieux liquide », aucun développement socio-économique durable ne peut être envisagé. C’est fort de ce constat que les participants de la 37e session ordinaire du Conseil national de l’eau (CNEau) se sont penchés sur la stratégie nationale de l’eau pour les cinq prochaines années (2021-2025) aux fins de sa validation.

Les participants prêtent une oreille attentive aux travaux

Au cours des travaux, des documents de programme dans le domaine de l’eau et de l’assainissement (EA) ont également été présentés aux conseillers en vue de susciter des recommandations et des orientations pour un meilleur encadrement et une bonne exécution de ces programmes. Il s’agit du programme d’approvisionnement en eau, du programme intégré de développement et d’adaptation au changement climatique dans le Bassin du Niger, et une étude sur la caractérisation hydrogéologique et potentialité en eau souterraine en milieu de socle cristallin : Cas de la feuille de Ouagadougou.

Tout protocole respecté, il a plu au maire de la commune de Manga, Jérôme Rouamba, de souhaiter la cordiale bienvenue aux hôtes. Il a par ailleurs souligné le choix de l’Etat en déléguant le domaine de l’eau potable et l’assainissement aux communes. Une responsabilité qu’elles (communes) assument tant bien que mal au regard des besoins croissants des populations en termes d’accès à l’eau potable et aux services d’assainissement, face à des moyens qui sont souvent limités.

Le Burkina Faso fait partie des pays les moins nantis en matière de ressources en eau

M. Rouamba qui dit attendre beaucoup de cette session, a souhaité que des dispositions soient prises pour permettre aux communes de remplir pleinement leur rôle. Prononçant le discours d’ouverture, la gouverneure de la région du Centre-Sud, Josiane Kabré, a salué le travail abattu par le CNEau en termes d’orientations des politiques en matière d’eau et assainissement au Burkina Faso, avant de souhaiter un bon déroulement des travaux.

Le CNEau est composé de 58 membres émanant de 6 collèges

Revenant sur les attributions du CNEau, son président André P. Nonguiema a signifié que c’est une instance qui apporte une contribution aux actions et orientations du département de l’eau et assainissement en matière de gestion des ressources en eau. Elle regroupe des compétences des autres secteurs en dehors des techniciens et des experts du département, pour se pencher sur des dossiers qui leur sont soumis et apporter une contribution technique à leur amélioration.

En termes de performance, depuis la mise en place du CNEau, 36 sessions ont été tenues, des dossiers ont été examinés, a relevé M. Nonguiema. Outre cela, des contributions fortes ont été apportées en ce qui concerne les documents qui ont été pris avec le gouvernement, dont le plus important est relatif à la gestion intégrée des ressources en eau.

Les missions du CNEau s’inscrivent dans un vaste chantier

Elle permet de passer d’une approche de gestion sectorielle qui donnait la primauté à l’administration publique de l’Etat, à une approche de gestion intégrée qui met en avant et concrétise la responsabilité commune de l’Etat, des collectivités locales, de la société civile et des usagers dans la gestion des ressources en eau, définie par la Constitution comme un patrimoine de la nation.

La bonne gestion de l’eau est une responsabilité commune

C’est dans cette dynamique que le CNEau a été institué par l’article 12 de la loi d’orientation relative à la gestion de l’eau. Mais au préalable, un travail de conscientisation a été fait. « Il a fallu travailler et faire comprendre aux gens qu’aujourd’hui l’eau est un bien commun et qu’il faut travailler à la protéger et surtout à bien la gérer. Aujourd’hui, nous avons pu impliquer beaucoup de secteurs qui acceptent de contribuer aux frais de gestion de cette eau », se réjouit le président Nonguiema.

Laure A. Sidibé

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com