Actualité

Plan International Burkina Faso : 126 millions de F CFA pour lutter contre la transmission mère-enfant du VIH/SIDA dans le Centre-nord

Plan International Burkina Faso est engagé pour l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH/SIDA au Burkina Faso. Il a obtenu un appui financier de Plan international Corée du Sud pour mettre en œuvre des activités dans ce sens, dans huit districts sanitaires dans les régions du Centre-nord et du Centre-est.

En 2016, Plan International Burkina Faso, a bénéficié d’un appui financier de Plan international Corée du Sud. Un appui qui a permis de mettre en œuvre le projet de prévention de la transmission du VIH/Sida de la mère à l’enfant de 2016 à 2018 dans huit districts sanitaires des régions du Centre-Nord et du Centre-Est.

Au regard des résultats assez probants et dans le souci de continuer à soutenir le gouvernement burkinabè dans la lutte contre le VIH/SIDA, Plan International Corée du Sud a une fois encore accordé à Plan International Burkina Faso, un financement pour la mise en œuvre d’activités d’élimination de la transmission du VIH/Sida de la mère à l’enfant dans les mêmes districts sanitaires pour la période de 2019- 2021.

Pour l’année 2020, 126 millions de FCFA ont été mobilisés pour mettre en œuvre le projet dans la région du Centre-Nord. Et ce sont les districts sanitaires de Kaya, Kongoussi, Tougouri, Boulsa, Boussouma, ainsi que la direction régionale de la Santé qui en bénéficieront.

De la mobilisation sociale des populations

Pour une mise en œuvre réussie du projet, Plan International Burkina Faso compte sur la mobilisation sociale des populations grâce à un partenariat avec les associations à base communautaire dans les zones d’intervention, le renforcement des capacités au niveau communautaire à travers la formation des agents de santé à base communautaire (ASBC) ainsi que les membres des écoles des maris modèles (EdM) au niveau des formations sanitaires grâce à des formations/recyclage des agents de santé.

L’organisation compte également doter les districts sanitaires en intrants (réactifs de laboratoire, médicaments pour les femmes enceintes, etc.), créer des écoles de maris. Le rôle de ces maris modèles, qui sont directement issus des villages, est de contribuer à la sensibilisation des hommes pour leur meilleure adhésion aux activités du projet.

Les centres de santé impliqués dans la mise en œuvre du projet devront assurer le suivi/consultations des femmes enceintes dans les formations sanitaires, rechercher des femmes enceintes perdues de vue, superviser des agents de santé et des ASBC, organiser de sessions de formation/recyclages des agents de santé, réaliser des examens complémentaires des femmes enceintes et assurer la mobilisation sociale au niveau communautaire.

Deux centres de santé reçoivent des prix

Le district sanitaire de Tougouri et le CSPS de Guibtenga ont été primés par le ministère de la Santé à travers le SP/CNLS à l’issue d’une évaluation des formations sanitaires sur des critères bien définis. Le district sanitaire de Tougouri et le CSPS de Guibtenga, dans la commune de Boussouma, enregistrent au plan national, les meilleurs résultats dans la prévention de la transmission mère-enfant du VIH/SIDA selon le taux de transmission résiduelle choisi comme indicateur.

Plan International Burkina Faso a donc décidé d’accompagner le ministère de la santé, en félicitant ces deux formations sanitaires qui sont dans la zone de couverture du projet eTME (élimination de la transmission mère-enfant du VIH/SIDA). Il leur a décerné des prix spéciaux d’encouragement composés d’ordinateurs portables d’une valeur de 625 000 FCFA, de trophées d’une valeur de 225 000 FCFA et d’enveloppes de 400 000 FCFA, soit 200 000 F CFA par formation sanitaire.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com