Actualité

Journée nationale de lutte anti-corruption : « La refonte de la législation du secteur minier s’avère impérative » dixit Gnoumou Boureima, maire de Houndé

Débutée le 1er décembre, la 15e édition des journées nationales de lutte anti-corruption, organisée par le Réseau national anti-corruption (REN-LAC), sous le thème « Transparence et redevabilité dans la gestion des ressources minières au Burkina Faso » s’est poursuivie ce mercredi 9 décembre 2020 au CENASA, à Ouagadougou, avec le panel sur la lutte contre la corruption dans le secteur minier.

Après le panel sur le dispositif juridique et institutionnel de la gestion minière au Burkina Faso qui s’est tenu le mardi 8 décembre, le public a pu suivre ce mardi 9 décembre 2020 un second sur la lutte contre la corruption dans le secteur minier. Ainsi, le public a été entretenu sur le « Le rôle de la société civile dans la gestion minière ». Cette communication a été présentée par Jonas Hien, directeur des programmes de l’ONG ORCADE. Pour le conférencier, « les organisations de la société civile exercent, entre autres, un contrôle citoyen sur la bonne gestion des affaires publiques en vue d’amener les dirigeants à réaliser le bien-être social des populations et à créer les meilleures conditions de développement durable du pays ».

Dans cette optique, il dira que l’ONG ORCADE s’est lancée dans un monitoring de la gouvernance du secteur minier pour mieux disséquer les différents segments du secteur afin de disposer des éléments d’informations et de données à même de renforcer le contrôle dans la gouvernance du secteur. Les résultats produits sur l’analyse de la loi sur la commercialisation de l’or et des autres substances précieuses, l’analyse de l’évolution du secteur minier burkinabè de 2007 à 2019, l’analyse fiscale du code minier de 2015 permettent de déclarer que les permis de recherche sont octroyés selon un principe dit « Premier venu, premier servi ».

Jonas Hien s’est appesanti sur le role de la société cvile dans la lutte

Ce qui est dommage selon M. Hien, car il n’existe pas de critères sur les capacités techniques et financières des demandeurs qui rassurent qu’une fois le permis octroyé, ils seront en mesure de faire face aux dépenses estimées et à même d’aboutir aux résultats concluants de leurs projets de recherche. Ce principe, précise-il, est de nature à installer la spéculation sur les permis, donc sources de corruption dans le processus d’octroi des permis de recherche.

Pour changer la donne, les OSC doivent se constituer en plate-forme, en alliance stratégique pour jouer un rôle, basé sur un plan de travail cohérent. Au regard des insuffisances, des incohérences et des préoccupations des populations et des communautés impactées par les projets miniers, le contrôle de la gouvernance du secteur minier par la société civile est devenu un impératif afin de permettre au pays de tirer tous les profits et toutes les opportunités de ce secteur, a-t-il déclaré en guise de conclusion.

Bassolma Bazié , modérateur du panel a déploré le comportement de l’Etat

De la nationalisation des sociétés minières

La seconde communication du panel a porté sur « la nationalisation des industries minières au Burkina Faso : Solution possible et faisable ? ». Elle a été assurée par le Pr Taladidia Thiombiano.

Dans son intervention, le Pr Thiombiano a expliqué la nationalisation comme étant un acte politique qui modifie la répartition des pouvoirs dans une société avec pour objectif l’élimination de la direction capitaliste. La nationalisation est une opération qui assure à la collectivité la maîtrise des activités d’exploitation, de production et de répartition (profits) d’une richesse nationale ; de ce point de vue selon le conférencier, elle est équivalente de « l’étatisation ».

Pour le Pr Thiombiano, le développement des mines est considéré comme un des leviers de la diversification économique du Burkina Faso. Aussi au regard des chiffres fournis par les institutions spécialisées et les enjeux des industries minières, il est évident dans le contexte politique actuel du pays d’expérimenter un autre système politique ; un autre système économique, une réorientation du système d’enseignement, une grande mobilisation des masses conscientes et non pour répondre à des slogans.


Lire aussi Lutte contre la corruption :Transparence et redevabilité, la solution d’une bonne gestion des ressources minières


Après la nécessité de la nationalisation des mines du Burkina, les participants ont eu le droit de poser la question « Que gagne le Burkina ? Que perd le Burkina sur les ressources minières ? ». A ce questionnement, Dr Ra-Sablaga Seydou Ouédraogo a tenté d’apporter son éclairage. Pour lui, le pays des homme intègres profite du boom minier, mais a une échelle très réduite. Pour M. Ouédraogo, le principal bénéficiaire est l’investisseur étranger, suivi des élites politiques et économiques.

Boureima Gnoumou , maire de Houndé a présenté l’impact de la présence d’une mine dans une ville

La non reconnaissance des compétences nationales voire locales constitue également un handicap pour le Burkina Faso. Aussi, pour y remédier, il faut briser la capture de l’Etat, mettre en place une coalition pour lutter contre le conflit d’intérêt. Une assertion soutenue par le maire de Hourdé, Gnoumou Drissa Boureima qui a exposé au cours de ce panel sur « l’impact de l’exploitation minière sur le développement des collectivité locales ».

Pour le bourgmestre, l’exploitation industrielle d’une mine permet à la collectivité de faire des réalisations telles que la construction d’écoles, d’hopitaux, de travaux de voiries, de marchés. Cependant, toutes ces réalisations ne servent à rien si les populations ne sont pas bénéficiaires. En effet, selon M. Gnoumou, la présence de la mine appauvrit la population et crée une surenchère. En outre, une exportation des capitaux financiers se présente au bout fin de la chaine. Tout le contraire de l’exploitation artisanale. Pour lui, la refonte de la législation du secteur minier s’avère un impératif.

J.E.Z.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com