Actualité

Lutte contre la cybercriminalité au Burkina et Benin : Un partenariat tripartite vient d’être scellé à Ouagadougou pour élever le niveau de sécurité

Les agences nationales de sécurité des systèmes d’informations (ANSSI) du Burkina et du Benin en collaboration avec Cybastion Institute of technology aux Etats-Unis d’Amérique (USA) ont signé, ce mercredi 9 décembre 2020 à Ouagadougou, une convention d’un plan d’actions dans le cadre la lutte contre la cybercriminalité dans les deux pays. Cette signature de convention tripartite vient entériner celle déjà signée le 11 novembre 2020 au Benin entre les deux structures à cet effet.

Diminuer drastiquement les attaques du cyber espace et augmenter son niveau de sécurité au Burkina et au Benin, c’est le premier objectif visé par cette convention signée à Ouagadougou ce 9 décembre 2020 entre les deux agences nationales de sécurité des systèmes d’informations (ANSSI) des deux pays en collaboration avec Cybastion Institute technology aux USA.

Cette convention tripartite, disent-ils, vient entériner celle déjà signée le 11 novembre 2020 au Benin entre les deux structures dans la lutte contre la cybercriminalité. C’est donc le coup de départ qui marque le début du plan d’actions qui se déroulera dans le cadre de cette coopération, a signifié le directeur général de l’ANSSI Burkina, Michaël G. Folané.

DG de l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information Burkina, Michael G. Folané

Ainsi, plusieurs projets sont prévus dans l’exécution de ce plan d’actions quinquennal en matière de lutte contre la cybercriminalité au Burkina et au Benin. Le premier volet de ce plan d’action sera le partage d’informations qui consistera à la mise en place d’une plateforme technique d’échange des menaces. En clair, pour le directeur général de l’ANSSI Burkina, il s’agira de faire en sorte que les menaces observées au Benin soient automatiquement connues au Burkina et vice-versa avec les moyens d’investigations et les dégâts qui peuvent être causés dans le cas. C’est un travail de collaboration entre les voisins, note-t-il, pour le même but, la réduction des attaques des cybercriminels dans les deux pays, voire au-delà.

Quant au directeur général de l’ANSSI Benin, Ouanilo M. Fagla, il a renchéri sur les propos de son homologue burkinabè en relevant que le début de l’exécution de ce plan d’actions quinquennal marque à cet effet l’engagement des deux entités des deux pays à collaborer pour avoir un cyber espace mieux sécurisé. Ce qui permettra selon ses dires de pouvoir créer un écosystème ou les personnes sont sensibilisées en matière de lutte contre la cybercriminalité

DG de l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information, Ouanilo M. Fagla

Une expertise internationale dans l’atteinte de ce partenariat sud-sud

Avoir un cyber espace mieux sécurisé et créer un écosystème où les personnes sont sensibilisées en matière de cybercriminalité, c’est également l’idée partagée par le président directeur général du Cybastion Institute of technology des USA, Pr Wandji Thierry, partenaire de cette coopération sud-sud. Selon lui, sa structure apportera une expertise très importante dans tout ce qui est cyber sécurité notamment la formation des ressources humaines, l’investigation en cyber numérique, etc.

Des volets qui, selon lui, offriront des opportunités de travail à plus de 50% de la population burkinabè représentée par la jeunesse, parce qu’en sécurisant cet espace, plusieurs métiers seront créés dans le numérique et cela permettra de renforcer ce partenariat et d’exporter également cette expertise. « Pour les jeunes, affirme-t-il, c’est une aubaine, parce que c’est le métier de l’avenir et cela va occasionner des sensibilisations et des formations et des métiers pourront être donc créés ».

PDG de Cybastion Institute of technology aux USA, Pr. Wandji Thierry

Tous ces projets prévus dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité permettront à terme d’augmenter le niveau de cyber sécurité. « C’est-à-dire, être plus réactif en mettant les mesures pour détecter rapidement n’importe quelle attaque. Mais au-delà de ce but poursuivi, c’est aussi de voir du côté régional afin d’avoir plus de partenaires avec nous pour renforcer la lutte », souhaitent-ils. Tout en indiquant que la sécurité 100% n’existe pas mais le but c’est de rendre la tâche encore plus compliquée aux cyber pirates en mettant les moyens technologiques qui vont permettre de faire une investigation digitale pour permettre de rattraper les coupages.

Les agences nationales de sécurité des ystèmes d’iformations d’ Burkina et du Benin unissent leur force pour lutter contre la cybercriminalité

Pour le cas du Burkina, le directeur général de l’ANSSI, Michaël G. Folané, a fait savoir que le pays est classé parmi les pays où le niveau de maturité de cyber sécurité est assez faible et le but de cette coopération tripartite, c’est de quitter cette zone pour aller vers un niveau élevé d’hommes forts, vers des indices de 0,8 parce qu’aujourd’hui le pays a des indices de 0,3. « L’autre volet de cyber sécurité, c’est celui de la coopération qui aidera les pays à travailler ensemble dans cette lutte-là. Le dernier en plus de ce qui a été dit, c’est de travailler sur les procédures et les réglementations pour qu’on puisse choisir les bonnes pratiques qui seront mises à la disposition des différents pays ».

Yvette Zongo

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com