Actualité

Veille communautaire en santé : Les résultats de l’expérience de la Boucle de Mouhoun partagés avec les autorités

Le projet veille communautaire pour l’accès aux soins de santé dans la région de la Boucle du Mouhoun et le district sanitaire de Séguénéga est à son terme. Et les porteurs du projet, l’ONG « Terre des Hommes », ASMADE et le SPONG partagent les résultats obtenus et l’impact dans la communauté à la faveur d’un forum national organisé ce mardi 8 décembre 2020 à  Ouagadougou. En effet, la veille communautaire a permis d’impulser une dynamique effective par non seulement l’implication active des communautés, mais également l’amélioration des prestations de soins de santé dans la région. Une belle expérience qui pourrait être appliquée dans d’autres domaines. Mais c’est surtout pour sa continuité et la multiplication de cette expérience dans les autres régions du pays que plaide l’ONG « Terre des Hommes » auprès des autorités en charge de la santé.

Comment prendre en compte les avis des bénéficiaires dans la prise de décisions en santé ? Cette question a suscité chez l’ONG « Terre des Hommes » et ses partenaires, la mise en place d’un mécanisme de veille communautaire.

Les résultats sont « plus que satisfaisants », selon Bruno Nebié, de l’ONG « Terre des Hommes » et conseiller technique de la délégation sur les questions d’accès aux soins et de financement de la santé. Le projet débuté en mars 2018, et en trois ans d’existence, a permis d’identifier 1043 barrières à l’accès aux soins de santé dans ces communautés. Cependant, 64% d’entre elles ont trouvé solutions.

Constats. La population est beaucoup plus satisfaite de son système de santé car le projet a été source de changements de comportements. «Plus de 85% de populations sont satisfaits de leur centre de santé et quand on leur demande pourquoi, 45% disent tout simplement qu’il y a de l’amélioration du comportement des agents de santé », explique Bruno Nébié.


Bruno Nebié, de l’ONG « Terre des Hommes » et conseiller technique de la délégation sur les questions d’accès aux soins et de financement de la santé

En termes d’interactions d’une part, entre le système de santé avec la communauté et d’autre part,  avec les municipalités, «on voit des maires qui s’intéressent à ce qui se passe dans leurs centres de santé tout comme des agents de santé qui vont vers les mairies pour poser leur problème et même des agents de santé vers les cellules de veille », cite -t-il en exemple.

Au titre des réalisations. Les populations ont pu construire, entre autres, des forages dans les centres de santé, doter leur centre de santé en lits, matelas, en énergie solaire, construire des bâtiments pour normaliser le centre.

« Dès le début du projet, personne ne s’attendait à ce que des populations décident par elles-mêmes d’arranger une route, qu’une mairie  décide de mettre une enveloppe de 3 millions FCFA pour l’entretien de l’ambulance par an. On  a vu des fils du village qui ont décidé de cotiser et d’équiper leur centre de santé en lit, matelas… Les potentialités existaient mais elles n’avaient pas une opportunité pour s’exprimer ».

A terme, Bruno Nébié retient trois grandes dimensions de ce projet : cette capacité de la population de trouver en son sein des solutions endogènes, la capacité d’acceptation de part et d’autre du système de santé et enfin la volonté des différentes parties prenantes, notamment les districts et la région à continuer le projet sans les ONG.

Comment la veille communautaire a-t-elle fonctionné ?

La veille citoyenne est à distinguer de la veille communautaire. La veille communautaire est une organisation de la communauté qui vise la résolution de problème de façon consensuelle. « Donc, laisse entendre le conseiller technique, il n’est pas question qu’il soit une initiative individuelle,  une question  ou un dispositif de revendication. Non. Dans ce cas précis, on pose le problème, on l’analyse ensemble entre acteurs et on essaie de trouver la solution endogène d’abord ».

Pour cette expérience, ils étaient 1228 cellules villageoises de veille (CVV) chargées de collecter et de remonter les informations à l’attention des comités communaux de veille (CCV). 51 comités communaux capitalisent ces informations et les transmettent au district. Les acteurs de santé  (districts sanitaire, et autorités locales et administratives) participent à la résolution des problèmes par l’élaboration d’un plan de résolution.

Cette coordination visant la résolution consensuelle des problèmes recensés dans un esprit d’accompagnement permet d’instaurer un climat de confiance et la pleine participation des acteurs à l’atteinte des objectifs.

Les ONG, elles jouent le rôle d’assistance, de coordination, de porte-voix des populations locales auprès des hautes autorités pour les problèmes qui ne peuvent être résolus à la base.

A cet effet, Bruno Nébié plaide auprès du ministère pour que les districts sanitaires puissent être autorisés à acheter les médicaments non disponibles à la CAMEG, chez les autres grossistes mais en maintenant toujours les mêmes prix de vente.

 « La rupture de médicaments est le principal problème de l’accès aux soins de santé. C’est le seul goût amer actuellement dans la région en ce qui concerne la gratuité des soins de santé chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans », dit-il.



Il déplore par ailleurs l’utilisation des smartphones sur le lieu de service. « Ce n’est pas propre au système de santé, mais ça devient reçurent, les agents de santé sont plus concentrés sur leurs smartphones plutôt que de surveiller et de suivre les patients, c’est un cri de cœur, il faut une note qui rappelle à l’ordre », détaille-t-il.

Aussi, il exhorte le gouvernement à être regardant sur la question de l’insécurité pour la réouverture des centres de santé fermés, car un centre de santé qui se ferme, ce sont des soins qui s’éloignent des populations.

« Aujourd’hui, dans la région de la Boucle du Mouhoun, on peut dire qu’on n’a plus de patients mais des clients dans les centres de santé parce qu’ils se sentent plus valorisés, écoutés », continue Bruno Nébié.

Mariam Hien, représentant le ministre de l’économie, haut patron du forum, s’est réjoui des effets de cette veille qui, non seulement a permis d’améliorer l’accès aux soins des groupes vulnérables par un contrôle de l’effectivité des soins et de la levée des obstacles culturels, financiers ou physiques  aux services de santé, mais aussi contribue au renforcement du dialogue entre communauté et agents de santé.

Elle dit noter avec intérêt l’importance de poursuivre la réflexion, l’analyse, la capitalisation et la valorisation de cette démarche dans la perfection du renforcement dans les outils et instruments de redevabilité. D’ailleurs, elle a été chargée de transmettre le cahier de plaidoyer à son patron.

Lionel Ouédraogo, représentant la ministre de santé, lui a rassuré que les recommandations issues de cette expérience feront l’objet d’une plus grande attention.

Source : Burkina24.com

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com