Actualité

Sécurité des frontières : Des modules de formations validés pour plus d’efficacité dans la lutte contre l’insécurité

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et la Police nationale du Burkina ont organisé un atelier de validation des modules de formation sur la sécurité aux frontières. L’ouverture est intervenue, le 8 décembre 2020, sous le regard du Conseiller technique du gouverneur de la région du Centre-Sud, Aimé Ouédraogo, représentant le gouverneur.

Le Burkina Faso traverse ces 5 dernières années une situation sécuritaire très difficile avec les multiples attaques terroristes et le déplacement des milliers de populations. Face à cette situation, une adaptation des mesures de sécurisation du territoire s’impose pour plus d’efficacité dans la lutte contre l’insécurité.

C’est ainsi que l’OIM, dans le cadre du projet « Engager les communautés frontalières de la région du Liptako-Gourma dans la sécurité et la gestion des frontière », financé par le Département d’Etat américain, accompagne le ministère de la Sécurité dans le processus de relecture des modules de formation sur la sécurité des frontières.

Innocent Ouédraogo, représentant du chef de mission de l’OIM

Cette révision permettra, selon le représentant de l’OIM à cet atelier, Innocent Ouédraogo, de répondre aux besoins de la situation actuelle marquée par la recrudescence des actions des groupes armés au niveau de la bande frontalière du Liptako-Gourma, les trafics illicites de tout genre et le Covid-19.

Au total six modules de formation ont été révisés. Il s’agit de ceux relatifs à la gestion humanitaire des frontières ; les procédures d’examen des documents et détection des documents frauduleux ; les techniques d’enquête moderne et d’analyse des risques ; le profilage et renseignement de sécurité ; la coopération transfrontalière et l’Accueil aux frontières.

La photo de famille

L’atelier de Manga dans la région du Centre-Sud a ainsi permis la validation des contenus de ces modules relus par la haute hiérarchie policière. Durant 48 heures, il a été question pour les responsables de la Police de présenter et intégrer les amendements, observations et propositions d’amélioration des modules de formation ; de valider la forme de qualité rédactionnelle et le contenu des modules de formation. A cela s’ajoute la validation des outils pédagogiques de formation proposés.

Pour sa part, le Conseiller technique du gouverneur de la région du Centre-Sud, Aimé Ouédraogo a, au nom du gouverneur, remercié les organisateurs pour le choix porté sur la région qui est une région frontalière. A l’en croire, cet atelier est d’une importance capitale dans la mesure où il permet de s’assurer que les experts chargés de la relecture des outils d’apprentissage ont effectivement pris en compte les attentes et les orientations stratégiques de l’institution policière en matière de contrôle des flux migratoires d’une part, et de la qualité des modules d’autre part.

Aimé Ouédraogo, Conseiller technique du gouverneur de la région du Centre-Sud

Sur ce, il a souhaité un bon déroulement des travaux à travers des échanges fructueux et participatifs pour l’atteinte des résultats escomptés.

Les modules validés seront par la suite disséminés auprès des policiers exerçant aux postes frontaliers soit par des formations au niveau des régions frontalières ou au niveau national.

Pour rappel, dans le cadre de sa mission d’accompagner les structures étatiques dans la gestion de l’immigration et des frontières, l’OIM mène des actions de renforcement des capacités au profit du personnel de la Police nationale. Le but étant de permettre aux services de police intervenant dans la gestion des frontières d’allier les exigences sécuritaires au respect des droits humains en général et des droits des migrants en particulier.

Judith SANOU

Le Faso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com