Actualité

Sénégal: un Burkinabè condamné à 2 ans de prison pour «trafic de migrants, traite de personnes»

Au Sénégal, un Burkinabè a été condamné à deux de prison ferme le 3 décembre dernier pour trafic de migrants, traite de personnes», selon l’ambassade du pays des hommes intègres. Sept autres qui avaient été aussi interpellés ont été relaxés à l’issue du même procès. 

«Une mission consulaire constituée de Boureima Koama, deuxième secrétaire à l’ambassade du Burkina Faso à Dakar, Edouard Kabré, conseiller culturel à l’ambassade du Burkina Faso à Dakar, Léonard Goulla  , membre de la Communauté burkinabè vivant au Sénégal, sur instruction de l’ambassadeur, s’est rendue à Kédougou, du 28 octobre au 1e novembre 2020, suite à l’arrestation et à l’incarcération de 8 compatriotes à la Maison d’arrêt et de correction de ladite ville.

La Mission consulaire, accompagnée du Délégué CSBE, docteur Sogo Millogo, a dès le lendemain de son  arrivée et durant tout le séjour, rencontré différentes autorités régionales, dans le but de bien cerner les causes ayant entrainé l’arrestation des compatriotes, mais de façon plus globale, de contribuer à l’amélioration des conditions de séjour des Burkinabè dans cette Région du Sénégal.

Ainsi, avec le Gouverneur de Kédougou, il a été question des relations qui existent entre le Burkina Faso et le Sénégal, en général mais aussi et surtout de l’intégration des Burkinabè vivant dans ladite région. Il en est ressorti, que pour l’essentiel, cette intégration passe bien malgré l’existence de quelques difficultés ponctuelles, liées au manque de documents d’identification, d’autorisation de travail, «d’entrées illégales». L’autorité a manifesté sa volonté de travailler à trouver des solutions aux difficultés rencontrées par les ressortissants burkinabè, en vue de faciliter leur séjour dans la Région.

La mission a aussi rencontré le procureur de la juridiction de Kédougou pour faire le point de la situation des 29 Burkinabè dont les 8 nouveaux incarcérés, dans la prison de Kédougou.

La mission s’est rendue par la suite à la prison et des échanges ont eu lieu avec ces Burkinabè en difficulté, du fait de la privation de leur liberté. Des discussions avec le premier responsable de la maison, il est ressorti le bon comportement de ces ressortissants dans  le respect des règles qui régissent le fonctionnement de la prison.  

Les échanges avec les deux avocats des prisonniers burkinabè ont permis de bien cerner les différents obstacles mais aussi les perspectives.

A l’issue du procès tenu le 3  décembre 2020, 7 des huit Burkinabè détenus ont été libérés et seront conduits au Burkina Faso par voie terrestre, par le représentant du délégué CSBE. Un compatriote est condamné à deux ans de prison ferme, pour «trafic de migrants, traite de personnes».

Les 21 autres compatriotes étant déjà jugés, purgent des peines allant de 2 ans à 15 ans.

L’ambassade saisit cette occasion pour appeler les compatriotes  au respect des lois et règlement des pays d’accueil. Elle attire l’attention des compatriotes  sur les risques encourus dans les activités liées à l’orpaillage, en particulier la traite signalée des enfants venant du Burkina Faso.»                                            

Source : ambassade du Burkina Faso à Dakar (Sénégal)

 

Source : Fasozine.com

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com