Actualité

Burkina/Syndicalisme: « L’UAS devra travailler à restaurer l’image du fonctionnaire ternie par le MPP », Grégoire Traoré


Dans le cadre de la commémoration du soulèvement populaire du 03 janvier 1966, l’Unité d’Action Syndicale a tenu à célébrer cette date à la Bourse du Travail de Ouagadougou par une conférence sur le thème : « L’unité des travailleurs : Acquis et défis » avec comme communicateur Richard TIENDREBEOGO, ex-secrétaire général adjoint de la CGT-B et comme modérateur Paul KABORE, président de mois des centrales syndicales, Secrétaire Général de l’organisation nationale des syndicats libres (ONSL). Les échanges avec les unités à la base des centrales syndicales et les travailleurs venus suivre la conférence ont suscité des avis et des réflexions sur l’actualité de la lutte syndicale au Burkina Faso.

L’actualité du monde syndical est marquée par des divergences d’opinion au sein des différentes organisations syndicales. Les travailleurs ont, au cours de cette conférence anniversaire de la commémoration du 03 janvier 1966, donné leur opinion en ce qui concerne la vie syndicale et de l’actualité. Pour Oumarou Kientega, l’unité du mouvement Syndical est un impératif. « Si on ne s’unit pas ces gens là (gouvernants) vont nous écraser. Quand on regarde les attaques à l’encontre du mouvement syndical, on voit clairement que l’objectif c’est de nous écraser. On a donc intérêt à nous unir », a-t-il prévenu.

Emmanuel Kouraogo, quant à lui, a fait des remarques sur les forces de l’Unité d’action syndicale (UAS). Il a fait savoir qu’à chaque fois que le mouvement Syndical s’allie avec les autres couches populaires, il arrive toujours à des résultats qualitativement supérieurs. « On a vu avec le coup d’état avorté du Régiment de Sécurité Présidentielle de Gilbert Diendéré où l’UAS a lutté aux côtés d’autres organisations pour faire barrière aux putschistes », a-t-il donné comme exemple avant d’indiquer que « le mouvement Syndical a intérêt à s’ouvrir et à s’élargir aux autres organisations ».

En plus de cela, Grégoire Traoré, SG du Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID), pense qu’en perspective, l’UAS devra « travailler à restaurer l’image du fonctionnaire ternie, même aux confins des villages du Burkina par le MPP et ses alliés ». « Ils disent à qui veut l’entendre que les fonctionnaires à eux seuls s’accaparent plus de 50% du Budget national. Comment? Il faut travailler pour que les populations comprennent. C’est cela aussi le défis de l’UAS », a indiqué Grégoire Nongo Traoré, qui estime également qu’il faut aussi « travailler à faire comprendre que la plupart des richesses nationales sont volées par le pouvoir en place ». « La question des mines, la question du Franc CFA, vous avez suivi les campagnes, il y a eu quel débat la-dessus? Rien! « , lâche-t-il.

En ce qui concerne la 8ème législature qui consacre une majorité à l’Assemblée pour le MPP et ses alliés, Grégoire Traoré pour conclure n’a pas manqué d’émettre son commentaire sur la question : « On dit que le MPP à les mains libres pour agir mais pour agir là c’est quoi ? C’est pour taper sur les nous autres là qui revendiquons, c’est pas pour taper les corrompus. La preuve, durant tout le mandat du mpp, donnez nous un seul dossier de corruption qu’ils ont pu résoudre », a-t-il martelé.

Hamadou Ouédraogo

Minute.bf

Source : Minute.bf

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com