Actualité

Institut de médecine et sciences alliées : Les occasions à ne pas manquer

La rentrée académique de l’Institut de médecine et sciences alliées (IMSA)-Ouaga au titre de l’année universitaire 2020-2021 a eu lieu ce mardi 5 janvier 2021. A cette occasion, les étudiants et le corps enseignant ont participé à une visioconférence axée sur le développement de la psychomotricité dans le monde. Cette thématique a été développée par le directeur général de l’Institut supérieur de rééducation psychomotrice (ISRP) en France, Gérard Hermant. Ils ont également suivi des communications animées par le fondateur de l’IMSA, Pr Kapouné Karfo, le conseiller technique du ministère de la Santé, Dr Isaïe Medah, Pr Kampadilemba Ouoba et le Dr Olivier Zemba.

« Se former pour servir l’humanité », tel est le leitmotiv de l’Institut de médecine et sciences alliées (IMSA)-Ouaga, sis au quartier Tanghin. Pour cette rentrée académique, l’IMSA prépare en cours du jour à des diplômes en licence professionnelle d’une durée de trois ans, en orthophonie et en psychomotricité. Egalement, deux masters ont été opérationnalisés ; l’un en soins infirmiers (Attaché de santé) option santé mentale et l’autre en psychologie clinique. En plus de ces formations diplômantes, le nouveau-né dans la sphère de l’enseignement supérieur dispense des formations certifiantes notamment la prise en charge du psycho-traumatisme avec le Pr Arouna Ouédraogo et l’intervention en autisme avec Dr Benjamin Lankoandé. Ce choix n’est pas anodin.

Le fondateur de l’IMSA, Pr Kapouné Karfo

« Nous avons constaté qu’au Burkina Faso, il y a beaucoup de volontaires qui s’occupent des enfants ayant des problèmes relevant du handicap physique ou mental. Aussi, depuis un certain temps, notre pays est confronté aux attaques terroristes. Ces attaques créent en la personne humaine un traumatisme psychique qu’il faut réparer sinon ce traumatisme s’il se chronicise, va développer une pathologie mentale chez ces personnes », a expliqué le fondateur de l’IMSA, le Pr Kapouné Karfo.

La première session, de ces formations certifiantes, débutera le 9 janvier 2021 pour une durée de 10 jours. A l’IMSA, les étudiants bénéficient des tarifs de formation les « moins chers » dans la sous-région. Pour les licences, les frais de formation sont de 800 000 FCFA pour les nationaux et 900 000 FCFA pour les non-nationaux. Concernant le Master en psychologie clinique, la scolarité s’élève à 1 000 000 FCFA pour les nationaux et 1 100 000 F CFA pour les non-nationaux.

Le bâtiment pédagogique

Et pour le Master en santé mentale, il faut débourser la somme de 900 000 F CFA. Les inscriptions se poursuivent jusqu’en fin janvier 2021. C’est une occasion à ne pas rater, incitent les premiers responsables. Car, les débouchés sont multiples. En effet, les détenteurs des diplômes de l’IMSA peuvent exercer leurs métiers dans les administrations publiques et privées de santé, de l’enseignement et de l’action sociale, et même dans les ONG humanitaires et de développement. En outre, les étudiants qui désirent poursuivre leurs études peuvent avoir accès au Master pour les licenciés et au doctorat pour ceux qui ont le Master.

A l’origine, la santé mentale

Revenant sur le contexte qui a vu naître l’IMSA, le fondateur s’est appuyé sur l’état des lieux de la santé mentale en Afrique de l’Ouest francophone et sur les faiblesses relevées au niveau étatique.

« Nous avons constaté qu’il y avait des problèmes d’ordre structurel, de formation, de mise en place de structures, d’organisation des spécialistes en santé mentale, de collaboration entre les structures et les professionnels à relever. Et quand nous prenons le cas du Burkina Faso, le constat est amère. Avec 20 millions d’habitants, nous avons 10 psychiatres, 6 psychologues cliniciens, 3 orthophonistes nationaux et zéro psychomotricien.

Les participants

Alors que notre population est constituée à deux tiers de population jeune. Pour cela, il faut s’occuper de la santé mentale de ces 2/3 en priorité. Nous avons également constaté qu’au niveau étatique, les choses n’avancent pas, comme souhaité. Alors nous nous sommes dit que le privé a aussi sa partition à jouer dans le développement d’un pays. C’est pourquoi, nous avons lancé l’idée de la création de l’IMSA », a-t-il argumenté.

Leur appel a été entendu puisque le gouvernement a autorisé l’ouverture de l’institut. La vision prospective de l’IMSA est exprimée de la façon suivante : reconnaissance des professions en santé mentale, bataille de la communication, développement des ressources humaines en santé mentale, organisation des professionnels de santé mentale, collaboration entre structures de formation et les organisations professionnelles.

Les diplômes de l’institut sont reconnus

L’institut entretien déjà d’étroites collaborations, entre autres, avec l’Université de Picardie Jules Verne d’Amiens, l’ISRP de Paris, le CISERPP de Vérone en Italie et l’Organisation internationale de psychomotricité et de relaxation.

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com