Actualité

Réalisation d’ouvrages d’adduction d’eau potable : La MABUCIG apporte « une seconde vie » à la deuxième région de gendarmerie

« L’eau c’est la vie. Avec la réalisation de ces ouvrages, c’est un ouf de soulagement pour l’ensemble du personnel du Camp Kuinima. Par ce geste, la MABUCIG nous apporte une seconde vie », s’est réjoui le colonel Kalifa Sanou, commandant de la deuxième région de gendarmerie. C’était ce jeudi 7 janvier 2021 à Bobo-Dioulasso, au cours de la cérémonie d’inauguration des ouvrages d’adduction d’eau potable simplifiée offerts par la Manufacture burkinabè de cigarettes (MABUCIG).

Le Camp Kuinima de la gendarmerie nationale de Bobo-Dioulasso dispose désormais d’un système intégré d’adduction d’eau potable modulaire et extensible, offrant une autonomie en eau potable filtrée. Il est composé d’un forage de 65m de profondeur et 18m3 par heure de débit d’eau potable, d’un château d’eau de 10m3 sous 10m de hauteur, d’un champ solaire de 2400 watts et d’un système de filtration d’eau en amont et dans les logements des officiers supérieurs. Le projet a permis également de disséminer onze bornes fontaines au sein du camp. En gros, le système a une autonomie totale en eau potable pour plus de 2000 personnes. Le coût de réalisation des ouvrages est estimé à environ 20 millions de FCFA.

La coupure de ruban marquant l’inauguration officielle des ouvrages

Ces réalisations ont pour but d’approvisionner le Camp Kuinima en eau potable et en quantité suffisante. Selon le directeur général de la MABUCIG, Demba Dembélé, elles contribueront au bien-être de ces « hommes qui se battent au quotidien pour notre sécurisation ». Il a saisi cette occasion pour expliquer le contexte dans lequel ce projet a vu le jour. En effet, avec l’augmentation de la population et l’agrandissement de la ville, Bobo-Dioulasso connait les mêmes déboires que certaines villes du pays.

Une vue du château d’eau de 10m3 sous 10m de hauteur

C’est ainsi que le Camp Kuinima qui est l’un des poumons sécuritaires de la ville de Sya était en manque d’eau sur une bonne partie de l’année. Le personnel dudit camp était obligé de parcourir les artères de la ville à la recherche du liquide précieux dans des bidons et futs.

Le directeur général de la MABUCIG, Demba Dembélé

Au regard de la situation sécuritaire, une perte d’énergie et de ressources à la recherche de l’eau est inopportune. C’est pourquoi les responsables du Camp Kuinima ont sollicité de l’aide auprès de la MABUCIG afin de leur fournir « une petite » adduction d’eau potable. « Nous sommes une entreprise citoyenne et nous écoutons les besoins des communautés autour de nous.

Les autorités présentes à la cérémonie d’inauguration

C’est pourquoi, lorsque nous avons été contactés par la gendarmerie qui nous a exposé le problème d’eau, et vue les calvaires qu’elle traverse pour avoir ce besoin vital, nous avons décidé de lui apporter notre soutien », a expliqué Demba Dembélé. Avant d’ajouter : « Ils nous avaient demandé un simple forage et nous avons fait un système intégré d’adduction d’eau qui comprend un forage de 18m3 par heure, un château d’eau de 10m3 et une pompe qui alimente 5m3 par heure ».

Le colonel Kalifa Sanou, commandant de la deuxième région de gendarmerie

Un « noble geste » salué par le colonel Kalifa Sanou

Par ce geste, le Camp Kuinima échappera désormais au scénario « catastrophe » de la coupure d’eau aux robinets. Plusieurs services et bâtiments de la gendarmerie ont été ainsi raccordés au nouveau réseau d’eau réalisé par le projet. Le colonel Kalifa Sanou, commandant de la deuxième région de gendarmerie, a exprimé ses sentiments de joie et a témoigné sa reconnaissance et celle de l’ensemble du personnel de la deuxième région de gendarmerie à la MABUCIG. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com