Actualité

« Il y a cette ouverture de paix, que Dieu nous a donnée, il faut profiter au maximum », exalte pasteur Albert Yonli du Collège de dialogue et de médiation du Gulmu

Le ministre d’Etat, ministre auprès du président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a échangé ce mardi 2 février à Ouagadougou, avec le Collège de dialogue et de médiation pour la paix du Gulmu (région de l’Est). Au menu des échanges, la quête d’une quiétude durable pour toutes les populations burkinabé.

« Au niveau de la zone de l’Est, nous vivons une situation assez difficile. Toutes les familles ont été bousculées, secouées, par rapport à l’extrémisme violent. Etant un Collège de dialogue et de médiation en vue de la paix, le ministre était la personne idéale à qui nous puissions rendre visite, lui expliquer le contenu des rapports que nous avons eus (rapport des journées de dialogue inter-communautaire pour la paix, ndlr) et solliciter son appui pour nous accompagner dans la recherche de la consolidation de la paix », a exposé le président du Collège de dialogue et de médiation pour la paix du Gulmu, pasteur Albert Yonli.

Le Collège de dialogue et de médiation, remettant le rapport des journées de dialogue inter-communiautaire au ministre de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale.

Selon la délégation, ledit rapport, dont copie a été remise à Zéphirin Diabré, décrit le contexte dans lequel vivent les communautés ces dernières années, la douleur des familles, les pertes en vies humaines, les déplacés et tout ce qui est perte en valeurs.

« C’est possible de reconquérir la paix sociale », rassure cependant la délégation, qui précise à cet effet qu’« il y a des pistes ».

Pasteur Albert Yonli (à droite), devisant avec le ministre d’État, Zéphirin Diabré, au sortir de l’audience.

« Tous, sans exception, veulent la paix ; chacun en a assez de cette situation. Chacun veut collaborer pour atteindre la paix et chacun est disposé à marcher avec les uns et les autres ; tant au niveau coutumier que religieux des différentes communautés. Il y a cette ouverture-là de paix, que Dieu nous a donnée et il faut profiter de cet instant au maximum pour établir cette paix-là », exalte pasteur Yonli.


La délégation s’est dit « pleinement » satisfaite de la rencontre, en ce sens que le ministre est également disposé à l’accompagner, l’écouter et à porter sa voix auprès de ses collègues pour pouvoir parvenir à ce pour quoi, les communautés ont mandaté le Collège de dialogue et de médiation pour le retour à une paix et à une cohésion sociale durables dans la région.

Créé en juillet 2020, le Collège de dialogue et de médiation pour la paix est constitué de personnalités religieuses, de la société civile et de l’administration publique.

Oumar L. Ouédraogo

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com