Actualité

Négociations avec les terroristes: « Nous ne disons pas que nous sommes contre » (Premier ministre)


Après sa déclaration de politique générale (DPG), Christophe Marie-Joseph Dabiré s’est prêté aux questions des députés et a apporté des éclaircissements sur certains points. De la réconciliation nationale à la lutte contre le terrorisme en passant par la question du découpage territorial et de la gratuité des soins, le chef de l’exécutif burkinabè a apporté des réponses aux préoccupations des députés.

« La réconciliation nationale est une grande préoccupation du gouvernement », rassure le Premier Ministre (PM). En ce qui concerne la feuille de route, le PM dit laisser cette tâche au ministre en charge de la question. Mais attention, « il faut éviter d’aller trop vite », prévient-il. Tout de même, il dit attendre du ministre Zéphirin Diabré, qu’il fasse des propositions concrètes au président du Faso sur la base des travaux déjà établis par le HCRUN.

Quid du retour de Blaise Compaoré? « Je ne répondrai pas à la question concernant le retour de Blaise Compaore », s’est voulu catégorique le PM qui retient que si le président Kaboré a promis son retour « dans le premier semestre » de 2021, il entreprendra les actions nécessaires pour que cela soit effectif.

Sur une question qui lui a été posée concernant la sécurité nationale, Christophe Dabiré a félicité et rendu hommage aux Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) pour leur participation à la lutte contre le terrorisme. « Il faut que les militaires et les VDP fassent leur travail », pense le PM qui soutient qu’à la suite de cela, les forces de sécurité intérieure doivent occuper progressivement le terrain déblayé par les militaires.

Sur la question de négociation avec les terroristes prônée par certaines candidats au cours de la campagne électorale passée, une question y relative a été posée au chef du gouvernement par un député de la 8e législature. « Nous ne disons pas que nous sommes contre », a précisé M. Dabiré, qui fait remarquer que même les grandes puissances empruntent souvent ce chemin en guise de solution au mal terroriste. Par ailleurs, « tout doit finir autour d’une table », consent-il.

« 110 milliards déjà investis pour la gratuité des soins »

Sur la question de la gatuité des soins, Christophe Marie-Joseph Dabiré a confié que son gouvernement, précisément le département en charge de la question, a déjà investi « près de 110 milliards de FCFA » pour faciliter l’accès aux soins aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans.

« Si nous achetons des médicaments, si nous les mettons dans les dépôts et qu’ils sont utilisés différemment, c’est qu’il y a problème », pense-t-il, rassurant tout de même qu’un travail sera fait pour revoir cette situation.

Aussi, dans ses réponses aux questions qui lui sont posées, le patron de la primature est revenu sur le découpage territorial voulu par le président du Faso. Il a ainsi rappelé que l’intention du découpage date des années 2009-2010 puis en 2013. Il estime que ce decoupage est une « nécessité vitale » en ce sens que cela y va de la sécurité du territoire national. A ce titre, il a pris pour exemple la région de l’Est, représentant le tiers du territoire national. Pour le PM, c’est cela qui « facilite l’infiltration » dans la région, le chef-lieu étant loin de certaines localités. Il s’agit de voir le découpage comme la « solution » à l’insécurité, selon lui. « Il faut que nous arrivons à rapprocher l’administration de l’administré », a-t-il dit, notant que « le dossier est pratiquement achevé ».

Pour la matérialisation de cette promesse, ce dernier a rappelé que cela doit passer par une loi, sollicitant ainsi l’aide des députés…

Minute.bf

Source : Minute.bf

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com