Actualité

Concertations sur la réconciliation : des conflits fonciers relevés à Bobo-Dioulasso

Le ministre d’Etat, ministre auprès du Président du Faso, chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a suivi les concertations communales sur la réconciliation nationale dans les arrondissements 5 et 6 de la commune de Bobo-Dioulasso, le jeudi 12 août 2021.

Les concertations communales sur la réconciliation nationale battent leur plein sur l’étendue du territoire national. Après Zorgho (Plateau central), Dissin (Sud-Ouest), c’était au tour des arrondissements 5 et 6 de la commune de Bobo-Dioulasso, de recevoir le ministre d’Etat, ministre auprès du Président du Faso, chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, Zéphirin Diabré, le jeudi 12 août 2021. Dans l’arrondissement 6, première étape de sa tournée dans la commune, il a ouvert les concertations par un discours d’invite aux populations à enrichir, finaliser et adopter le rapport des préoccupations qu’elles vivent au quotidien.

Un arbre a été symboliquement planté dans l’enceinte de la mairie de l’arrondissement 6.

Zéphirin Diabré a rappelé, tout comme lors des étapes précédentes de son parcours, aux habitants de l’arrondissement 6, la vision du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, de la réconciliation nationale. Il a, en effet, précisé que le Chef de l’Etat est allé au-delà des formats antérieurs pour proposer une réconciliation nationale à la fois au sommet et à la base. C’est pourquoi, dans le processus de réconciliation nationale fondé principalement sur une vision stratégique, a-t-il indiqué, l’on veut un Burkina Faso réconcilié avec lui-même dans la durabilité en impliquant les communautés à la base. Le ministre d’Etat, Diabré, a aussi donné, un cours d’histoire à ses interlocuteurs en leur disant que la question de la réconciliation nationale avait été prononcée en 1957 par Daniel Ouézzin Coulibaly lors de son discours sur son programme de gouvernement et de sa lutte contre la motion de censure à son encontre.

La nouvelle démarche basée également sur des objectifs spécifiques à chaque problème, le respect du triptyque vérité-justice-réconciliation, un processus inclusif et participatif et la promotion du vivre-ensemble viennent enrichir les anciennes formes de réconciliation nationale, a en croire M. Diabré. Il s’agit de la Journée nationale du pardon, de la commission de réconciliation nationale et des réformes et du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN, institué lors de la Transition en 2015). Mais, le ministre d’Etat en charge de la Réconciliation nationale a prévenu qu’il faut réussir vaille que vaille cette « troisième forme de réconciliation nationale ». Pour cela, il a souhaité « vivement » les recommandations, les critiques et l’adhésion des participants au processus de réconciliation nationale qui leur a été présenté. Après avoir planté symboliquement une plante dans l’enceinte de la mairie de l’arrondissement 6 de Bobo-Dioulasso, M. Diabré a suivi les concertations entre filles et fils de l’arrondissement sur les difficultés qu’ils ont perçues et les besoins de réconciliation (réconciliation sécuritaire, sociopolitique, administrative, communautaire, économique et financière, etc.) Des conflits territoriaux Le point focal des concertations de l’arrondissement 6, Wenceslas Sanou, a énuméré les conflits fonciers dans pratiquement tous les villages environnants (Koumi, Matourkou, Moamy, Darsalamy, Samagan, Logofourousso, Farakoba, etc.).

Ces différends fonciers sont dus, à ses dires, entre autres, au tracé de la limite territoriale entre Darsalamy (arrondissement 6) et Mê (commune de Péni), à la double attribution de parcelles au secteur 18 de l’arrondissement 6, aux occupations administratives de domaines, etc. Face à cette situation, le rapport de concertations communales, sur recommandations des acteurs, a proposé de résoudre ces conflits par la sensibilisation, le dialogue, la parenté à plaisanterie, etc. Quant au maire de l’arrondissement 6, Hippolyte Sanou, il a laissé entendre que son conseil municipal accueille la participation de Zéphirin Diabré aux concertations comme une grâce. Il a qualifié M. Diabré d’exemple de réconciliation nationale qui place l’intérêt général au cœur de sa mission. Après l’arrondissement 6, le cap a été mis par le ministre d’Etat en charge de la Réconciliation nationale et sa délégation, sur l’arrondissement 5 de la commune de Bobo-Dioulasso. L’équipe ministérielle a pris les concertations en cours ayant regroupé les différents acteurs de la localité. Le maire, Christophe Sanon, s’est réjoui de la présence de M. Diabré accompagné des cadres de son département pour suivre les concertations de l’arrondissement qui vont contribuer, à l’image des 351 communes, à la stratégie de réconciliation nationale à présenter lors du forum national à venir. La sortie du ministre en charge de la réconciliation nationale va le conduire dans d’autres communes du « pays des Hommes intègres » à l’image de Banfora et Orodara.

Boukary BONKOUNGOU

L’article Concertations sur la réconciliation : des conflits fonciers relevés à Bobo-Dioulasso est apparu en premier sur Quotidien Sidwaya.

Comments

comments

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com