Burkina Faso : SOCL, le nouveau parti politique qui veut “libérer” le pays

Le parti politique SOCL (Socle Citoyen pour la Libération) a été présenté  à l’opinion publique burkinabè ce mardi 24 août 2021 au cours d’une conférence de presse.

David Moyenga, ingénieur et enseignant en éco-toxicologie, dit s’être associé à une partie de ses camarades en politiques, pour créer un parti dénommé, le Socle Citoyen pour la Libération (SOCL). Ils disent avoir pour objectif de conquérir et de gérer le pouvoir politique au Burkina Faso. Pour eux, le pays a besoin « d’une libération ». « Primo, une libération politique qui consiste tout simplement à substituer tous les anciens acteurs politiques quarantenaires qui monopolisent les institutions et l’Etat. Et secundo, une libération du joug des intérêts coloniaux qui pèsent sur le rapport au niveau international, et également une libération nationale, parce que notre pays est attaqué et notre pays est envahi », a détaillé David Moyenga, président du nouveau parti.

Logo du parti SOCL © Faso7

Pour une vision d’un Burkina moderne, le SOCL envisage une nouvelle citoyenneté politique basée sur un nouveau système de valeurs « politiques », une reconstruction morale et une recapitalisation des valeurs. « Que ce soit dans nos texte, que ce soit dans notre programme politique, ce que nous prônons, c’est un basculement total de l’Etat (…). Il n’y a pas de rupture d’Etat depuis la période des années 60 jusqu’à nos jours. Mais nous nous pensons pas qu’il faut aujourd’hui déstabiliser cet Etat et remettre un autre Etat, dont la mission cette fois-ci sera une mission dans l’intérêt, dans le développement et dans les valeurs de notre patrie », a indiqué David Moyenga.

Ni de l’opposition ni de la majorité

Le président du SOCL a également évoqué la question du positionnement de son parti vis-à-vis de l’Association des partis de la majorité présidentielle (APMP) et du cadre de concertation du Chef de file de l’Opposition politique (CFOP). « Il y a d’autres partis politiques grosso modo qui sont à la mouvance ; une mouvance même je pense hypertrophiée actuellement et nous avons une opposition squelettique au sein du CFOP (Ndlr: Chef de Fil de l’Opposition). Nous, nous ne voulons pas nous inscrire déjà même dans cette dimension. Parce que pour nous, ça tue l’idée même du parti politique qui est qu’un parti politique doit avoir une autonomie de vision. C’est pourquoi nous n’acceptons pas l’institutionnalisation des partis politiques. », a-t-il expliqué.

Sur la crise sécuritaire qui mine actuellement le pays, le SOCL pense que pour la résoudre, il faut une véritable mobilisation populaire et une unité nationale. « A l’exemple de certaines grandes unités nationales, par exemple l’unité qui a permis de faire face à ce qu’on a appelé le coup d’état le plus bête », a illustré David Moyenga. Notons que le parti compte dévoiler son programme politique dans quelques mois et effectuer sa rentrée politique en septembre 2021.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

L’article Burkina Faso : SOCL, le nouveau parti politique qui veut “libérer” le pays est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com