Actualité

Académie militaire Georges-Namoano : 70 officiers aptes au commandement

70 sous-lieutenants ont reçu leurs épaulettes, le samedi 28 août 2021 à Pô, dans la province du Nahouri, lors de la cérémonie de sortie de la 20e promotion des élèves officiers d’active et de la 11e promotion des élèves officiers spécialistes de l’Académie militaire Georges-Namoano (AMGN).

Le Chef d’état-major général des armées, Moïse Miningou : « Dans le cadre d’un recrutement triennal exceptionnel, 100 élèves officiers, 300 élèves sous-officiers et 3000 recrues sont en cours de recrutement »

Les forces armées nationales peuvent compter sur de nouvelles compétences dans la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso. Le ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants, à travers l’Académie militaire Georges-Namoano (AMGN), vient d’injecter du « sang neuf » dans les rangs du commandement. Ce sont au total 60 stagiaires de 14 pays d’Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est dont 38 Burkinabè issues de la 20e promotion des élèves officiers d’active et 10 stagiaires, tous des Burkinabè de la 11e promotion des élèves officiers spécialistes qui ont reçu leurs épaulettes de fin de formation, lors d’une cérémonie, haute en couleurs, le samedi 28 août 2021 à Pô sous la présidence du ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, le Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Cette remise d’épaulettes consacre leurs aptitudes aux commandements des troupes. A l’issue de la cérémonie, le chef suprême des armées a exprimé sa fierté de voir de jeunes officiers s’engager solennellement à défendre la patrie et le peuple burkinabè jusqu’au sacrifice suprême.

Le commandant de l’Académie militaire George-Namoano, le lieutenant-colonel, Didier Ives Bamouni : « Le stage de parachutisme, annulé l’année dernière, s’est concrétisé cette année »

Il s’est réjoui du fait que ce contingent vient renforcer les Forces de défense et de la sécurité (FDS), mobilisées dans la lutte contre le terrorisme. Le ministre de la Défense a, en outre, rappelé que cette lutte est un combat qui sera difficile. « Nous aurons des victoires, nous aurons des défaites mais nous devons demeurer debout car il s’agit de notre pays », a-t-il soutenu. Tout en saluant l’esprit de patriotisme de l’ensemble des forces armées, le président du Faso a invité l’ensemble des Burkinabè à s’engager autour des FDS pour la libération du Burkina afin de le placer sur le chemin du développement. Le Chef suprême des armées a, par ailleurs, donné le nom de baptême « Renaissance » à la 20e promotion des élèves d’active. Le choix de ce nom tient compte du contexte, a-t-il expliqué.

De grands défis à relever

« Nous avons inscrit notre deuxième mandat dans l’axe de la réconciliation nationale et celui du renforcement du caractère républicain. Cela signifie que nous voulons une armée qui va non seulement se battre pour la défense de la patrie mais créer un certain nombre de relations avec les civils de sorte à combattre nos ennemis et à participer au développement du Burkina », a relevé le président du Faso. Pour le Chef d’état-major général des armées, le général de brigade, Moïse Miningou, les défis qui attendent cette cuvée sont grands au regard du contexte sécuritaire actuel. En plus des responsabilités opérationnelles des jeunes officiers, a expliqué le général, il leur faudra prendre en compte une menace d’un genre nouveau : la désinformation sur les réseaux sociaux. « Elle est une véritable plaie pour le moral des hommes, et il sera de votre devoir, en tant que chef, de préserver celui des vôtres en leur portant l’information vraie et les outils de bon usage de ces moyens de communication », a-t-il signifié. Le commandant de l’Académie militaire Georges Namoano, le lieutenant-colonel, Didier Ives Bamouni, fruit de la 7e promotion de l’école, a, à cet effet, rassuré le Chef de l’Etat quant à la capacité des nouveaux officiers à réussir les missions qui leur seront confiées.

« Les 20e et 11e promotions sont au terme d’une formation militaire en constante adaptation aux défis actuels et futurs », a-t-il déclaré. C’est dans ce sens, a-t-il confié, que le commandement de l’école a initié un partenariat avec l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) afin de favoriser une synergie de vues dans l’approche anti-terroriste au regard de l’emploi opérationnel anticipé de ces futurs officiers. Cela permettra de relever le défi lié à la méconnaissance de l’organisation administrative du Burkina Faso dans un contexte de lutte anti-terroriste, a signifié le lieutenant-colonel. De plus, le commandant Bamouni a noté que le stage de parachutisme, annulé l’année dernière par défaut d’aéronef, s’est concrétisé cette année dans la garnison de Bobo-Dioulasso à travers la mise à disposition d’un aéronef et d’un équipage des Forces armées nigériennes.

Demeurer des chefs forts

Le délégué de la 20e promotion des élèves officiers d’active, Natama Jules Christ : « Le métier que nous avons choisi est celui de l’honneur et de la dignité »

« Le défi sécuritaire et sanitaire a forcé l’amélioration de la plateforme pédagogique à travers l’accélération de la digitalisation de la formation grâce au soutien continu du commandement et l’appui technique de jeunes gens attachés aux valeurs d’excellence de cette école », a ajouté le lieutenant-colonel. Le délégué de la 20e promotion des élèves officiers d’active, Natama Jules Christ, a salué la qualité de la formation reçue. Deux années durant, nous avons été soumis à un riche et diversifié programme d’enseignements dispensés par des cadres rigoureux et très expérimentés, a-t-il justifié. A propos de la diversification de la formation, le délégué a cité, entre autres, des stages de sauvetage au combat, du brevet militaire de parachutisme, de l’immersion en corps de troupe, du permis militaire de conduite. Nantis de toutes ces compétences le commandant de l’AMGN, a invité les nouveaux officiers à être des « chefs forts et efficaces, garants du professionnalisme militaire ».

Le parrain des deux promotions, l’ancien ministre de la Défense, Yero Boly, a exhorté ses filleuls à pratiquer le management des ressources humaines. « Vous allez devoir aussi penser la guerre au regard du contexte sécuritaire », a-t-il précisé avant de les exhorter à continuer d’acquérir de nouvelles compétences en vue de mieux accomplir leur mission. La 20e promotion des élèves officiers-d’active de l’Aca-démie militaire Georges-Namoano compte en son sein cinq personnels féminins. Le niveau moyen de recrutement est BAC plus 3. La 11e promotion des élèves officiers spécialistes, quant à elle, a rejoint l’école le 28 novembre 2020 pour une formation de 9 mois. Elle est forte d’un effectif de l0 stagiaires, tous de nationalité burkinabè. Elle est constituée de cinq médecins, un pharmacien, deux juristes, un ingénieur automobile et un génie logiciel. Le niveau moyen est le BAC plus 5.

Abdoulaye BALBONE

L’article Académie militaire Georges-Namoano : 70 officiers aptes au commandement est apparu en premier sur Quotidien Sidwaya.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com