Actualité

Assises nationales de l’Education : Trois jours pour réfléchir sur l’avenir de l’école burkinabè

Les assises nationales de l’Education ont débuté ce jeudi 18 novembre 2021 à Ouagadougou sous la présidence du président du Faso Rock Marc Christian Kaboré. Les travaux prennent fin le 20 novembre 2021 et ont pour objectif de trouver des voies et moyens pour améliorer le système éducatif burkinabè.

Après les assises régionales et la remise du document de base finalisé, les assises nationales de l’éducation nationale ont commencé ce jeudi 18 novembre 2021 à Ouagadougou en présence du chef de l’Etat, du premier ministre, des membres du gouvernement, des acteurs de l’éducation et les partenaires techniques et financiers, etc. Durant trois jours, les acteurs et experts de l’éducation, les personnes ressources vont se pencher sur l’avenir du système éducatif burkinabè. Il s’agit de trouver un système éducatif adapté à même de répondre aux défis actuels du pays. Les conclusions des travaux de ces assises nationales constitueront la nouvelle feuille de route du système éducatif du Burkina Faso afin de faire de l’école burkinabè la locomotive du développement du pays. 

Ces assises nationales se tiennent dans un contexte particulier marqué par la recrudescence des attaques terroristes qui ont entrainé à la date du 31 octobre 2021, la fermeture de 2 877 établissements, la mise hors classe de 344 363 élèves dont 159 751 filles et de 9 221 enseignants dont 3 161 femmes dans plusieurs provinces du pays. Des assises nationales boycottées à la dernière minute par l’opposition politique burkinabè.

Le président du Faso Rock Marc Christian Kaboré présent à la cérémonie d’ouverture @InfoH24

Malgré le retrait de l’opposition, le ministre de l’éducation nationale Stanislas Ouaro rappelle que les représentants de l’opposition et de la mouvance présidentielle ont participé aux discussions régionales. Des échanges au cours desquels des propositions et des suggestions ont été faites et seront discutées lors de ces assises nationales. Par conséquent, les assises nationales n’ont pas de coloration politique et restent inclusifs selon Stanislas Ouaro. Pour lui, participer à la réflexion de ces assises, c’est aussi contribuer à la lutte contre les groupes armés terroristes qui veulent détruire l’école burkinabè, fondement de la société et gage de cohésion sociale.

La présidium durant la cérémonie d’ouverture

« Quelles réformes et stratégies d’actions pour développer l’éducation nationale » est le thème retenu pour les assises nationales de l’éducation nationale. 12 thématiques ont été retenues pour les travaux de ces assises. Ces thématiques sont liées entre autres à la question de l’enseignant, la question de la dynamisation de l’enseignement et de la formation technique et professionnelle, la question de la résilience du système éducatif face aux multiples crises et aux violences en milieu scolaire notamment la crise sécuritaire et la fronde sociale, la question du financement de l’éducation, la question de la promotion des langues nationales et des valeurs culturelles, etc.

Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale @InfoH24

Selon le ministre de l’éducation nationale Stanislas Ouaro, il s’agit de sceller un pacte national pour une éducation résiliente et plus performante. Pour lui, les assises sont des instances de réflexions et de propositions pour améliorer le système éducatif et le rendre résilient. Tout en reconnaissant qu’il n’y a qu’un seul système éducatif, Stanislas Ouaro a rassuré que les acteurs du privé sont inclus dans les discussions afin de développer le système éducatif dans toutes ses composantes. « Il y a seulement le système éducatif national piloté et développé par l’Etat qui est l’acteur principal. Il y a aussi les acteurs du privé qui ont décidé d’accompagner l’Etat dans le développement de ce système qu’on appelle péjorativement enseignement privé. On a le système éducatif national avec deux acteurs que sont l’Etat et les promoteurs privés », a expliqué Stanislas Ouaro.

Des présidents d’institutions et les membres du gouvernement @InfoH24

Patron de la cérémonie d’ouverture de ces assises nationales de l’éducation nationale, le président du Faso Rock March Christian Kaboré a réaffirmé son engagement à faire de l’école burkinabè un socle de développement  car selon lui « L’éducation n’est pas une dépense mais un investissement ». Il s’agit principalement selon « d’asseoir l’économie du savoir et bâtir l’école de demain par la promotion de l’innovation technologique comme moyen par excellence pour transformer le Burkina Faso dans les secteurs sociaux et de développement» pour les cinq années à venir.

Pour ce faire, en matière d’accès à l’éducation, il a pris l’engagement d’assurer le développement de l’offre éducative tout en mettant fin aux classes sous paillotte, de développer l’enseignement et la formation techniques et professionnels, de créer et développer les classes préparatoires aux grandes écoles, de doter chaque région d’au moins un lycée scientifique. Tout en promettant d’offrir au pays des hommes intègres « des Burkinabè de meilleur graine », Rock Marc Christian Kaboré a invité les participants à faire des propositions fortes afin d’apporter un changement qualitatif au système éducatif burkinabè.

La salle de conférences de Ouaga 2000 a refusé du monde lors de la cérémonie d’ouverture @InfoH24

Pour lui, le monde change et l’école se saurait rester statique notamment face aux défis sécuritaires qui présentent au Burkina Faso. « Nous devons inventer l’avenir le regard tourné vers nos propres valeurs, celles-là qui ont permis à notre peuple de vivre ensemble dans la paix, la tolérance et la compréhension mutuelle. L’école burkinabè doit vaincre et avec elle, le peuple tout entier sortira victorieux de cette guerre », a-t-il lancé. Pour le président du Faso, l’école doit aussi contribuer à façonner les valeurs sociales désirables de la Nation.

L’Assemblée Nationale représentée par son vice-président Nestor Batio Bassière et les collectivités territoriales représentées par le maire de la commune de Ouagadougou Armand Pierre Béouindé se sont également engagées à accompagner les décisions qui seront prises à l’issue des trois jours de travaux des assises nationales de l’éducation nationale.

L’article Assises nationales de l’Education : Trois jours pour réfléchir sur l’avenir de l’école burkinabè est apparu en premier sur INFOH24 – Actualités et Infos au Burkina Faso et dans le monde.

Comments

comments

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com