Politique

Dégradation de la situation sécuritaire au Burkina : La Marche pour la patrie (LMP) espère un sursaut du président du Faso

Le parti politique, La Marche pour la patrie (LMP), a donné sa lecture de la situation socio-politique qui prévaut au Burkina. C’était ce mardi 16 novembre 2021 à travers une conférence de presse à Ouagadougou.

Membre du cadre de concertation du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF), Toussaint Ouédraogo, président de la LMP, a soutenu l’ultimatum lancé par l’institution, au pouvoir Roch Kaboré.

Selon ses explications, l’objectif visé à travers cette sortie du CFOP-BF, c’est de pousser le président Roch Kaboré et son gouvernement à faire bouger les lignes et, partant, améliorer la situation pour le peuple et les populations burkinabè, notamment au plan sécuritaire.

« La situation sécuritaire reste grave et la gouvernance du pouvoir en place laisse à désirer (les attaques sont quasi-quotidiennes, près de deux millions de déplacés internes exposés à la faim, la maladie, les intempéries et les attaques terroristes ; plus de 2 500 écoles fermées, mettant plus de 400 000 élèves dans la rue, des agents de l’Etat traqués, des projets fermés ou abandonnés, des marchés asphyxiés et des bétails emportés sans aucune mesure de réplique, de recherche ou de récupération comme cela est observé dans les pays voisins, etc.) », dépeint le président du parti.

Lire aussi : Ce peuple est formidable, mais n’a pas les dirigeants qu’il mérite

« Nous lui avons donné un temps et nous sommes convaincus qu’à la fin, d’ici l’échéance, il (président du Faso, ndlr) va se réveiller et des choses seront faites. Il va se réveiller et nous allons constater sur le terrain que nos FDS (Forces de défense et de sécurité) sont en train d’avancer en force, que les deuils sont de moins en moins annoncés », souhaitent Toussaint Ouédraogo et ses camarades.

Les conférenciers ont également abordé la question de la réconciliation nationale, en réitérant le principe du triptyque vérité-justice-réconciliation et en encourageant l’ensemble des acteurs engagés, publiquement ou dans l’ombre, à franchement œuvrer pour cet idéal commun du vivre-ensemble, de l’unité nationale et de la cohésion sociale.

O.H.L
Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com