Lutte contre la corruption au Burkina Faso : Face à face entre l’exécutif, le judiciaire et le législatif

Le Réseau national de lutte Anti-Corruption (REN-LAC) en collaboration avec l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de lutte contre la Corruption (ASCE-LE) a organisé ce jeudi 18 novembre 2021 à Ouagadougou, une grande tribune d’interpellation des 3 pouvoirs sur la corruption au Burkina Faso.

A la sortie de cette grande tribune placée sous le thème, « Les 3 pouvoirs face à la lutte contre la corruption », Luc Marius Ibriga, contrôleur général d’Etat, a fait savoir que face à la montée du terrorisme, il était important pour le REN-LAC de lier la corruption au phénomène afin de pouvoir lutter efficacement contre l’insécurité au Burkina Faso. « La situation actuelle l’impose parce que ce n’est pas individuellement que nous allons nous en sortir de cette situation. Ce n’est pas pour rien on a tenu à mettre en évidence, le lien entre la corruption et le terrorisme car si la corruption se développe cela veut dire que le patriotisme diminue et si cela diminue nous ne pourrons jamais venir à bout du terrorisme », s’est-il exprimé.

Par ailleurs, Luc Marius Ibriga a invité les 3 pouvoirs à savoir le pouvoir exécutif, le pouvoir judiciaire et le pouvoir législatif à faire preuve de fair-play concernant les éventuelles interpellations. « Je voudrais que ceux qui seront interpelés ne le prennent pas comme une agression mais comme une façon pour les uns et les autres d’exprimer leurs ressentis », a-t-il-exhorté

Un mémorandum remis aux trois acteurs

De son côté, Sagado Nacanabo, Secrétaire exécutif du REN-LAC a fait savoir que l’objectif de cette grande tribune est d’échanger avec les 3 pouvoirs sur la montée de la corruption au Burkina Faso. « C’est une tribune pour interpeler les 3 pouvoirs ensemble, pour que ces trois pouvoirs puissent écouter ce que ces structures de contrôle étatique et non étatique retiennent comme phénomène qui montre la présence de la corruption dans les secteurs publics », a-t-il déclaré.

Durant cette tribune, des recommandations ont été faites aux trois pouvoirs afin de lutter contre la corruption. Selon Sagado NACANABO ces recommandations ont pour but d’aider ces différents pouvoirs à améliorer la situation du Burkina Faso en matière de lutte contre la corruption et indirectement de lutte contre l’insécurité. Cette tribune avait également pour objectif de transmettre aux trois pouvoirs énumérés, un mémorandum. « Le plus important que nous avons demandé à ses différents pouvoirs, c’est que ces différents pouvoirs puissent être exemplaires, montrer la voie à suivre et pour qu’ils s’engagent avec une volonté politique plus affichée dans la lutte contre la corruption », a conclu Sagado Nacanabo.

Il faut noter qu’à cette rencontre, le représentant de l’état était absent.

Christiane YOUNGA (Stagiaire)

Faso7

L’article Lutte contre la corruption au Burkina Faso : Face à face entre l’exécutif, le judiciaire et le législatif est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com