Actualité

Burkina Faso : clap de fin pour les assises nationales de l’éducation nationale

Le premier ministre Christophe Dabiré a clos ce samedi 20 novembre 2021 les travaux des assises nationales de l’éducation nationale. Une nouvelle feuille de l’éducation sera adoptée afin d’améliorer le système éducatif burkinabè.

Débutées le 18 novembre 2021, les assises nationales de l’éducation nationale ont pris fin ce samedi 20 novembre 2021 sous la houlette du chef du gouvernement Christophe Dabiré. Durant trois jours, les participants issus du monde de l’éducation, du monde politique, des personnes ressources du monde religieux et du monde coutumier et des partenaires techniques et financiers se sont penchés sur l’avenir de l’école burkinabè. Des résolutions et des recommandations ont été adoptées afin de créer une nouvelle école burkinabè capable de répondre aux défis actuels du pays.

Pour une éducation de qualité, inclusive et résiliente, les participants recommandent l’adoption diligente des conclusions de ces assises nationales de l’éducation nationale par le gouvernement et la mise en place d’un dispositif de suivi évaluation de la mise en œuvre des propositions adoptées. Comme recommandations, on a la mise en place des structures de dialogue entre le ministère de l’éducation et ses démembrements et les organisations syndicales au niveau central et déconcentré, impliquer les communautés dans le relèvement du prestige social de l’enseignant à travers son accueil et son intégration dans leur milieu de vie afin de motiver les enseignants pour un bon rendement.

Le présidium lors de l’entonnement de l’hymne national du Burkina Faso @InfoH24

Il s’agit aussi de créer un cadre national permettant à des sociétés ou particuliers d’accompagner le secteur de l’éducation (octroi de bourses, dons de kits scolaires, parrainages, construction d’infrastructures, etc.), de doter les structures éducatives d’infrastructures et d’équipements adéquats pour l’enseignement    à distance , faire respecter les instructions de l’autorité relatives à la scolarisation et à la poursuite du cursus scolaire des enfants déplacés , institutionnaliser et renforcer les mécanismes de redevabilité.  

Il a été proposé de renforcer le rôle et la responsabilité des communautés dans le développement de l’école de qualité, de finaliser le protocole-type d’accord entre le MENAPLN et les communes, étendre les missions des établissements d’enseignement et de formation technique et professionnel à l’accompagnement à l’insertion professionnelle, élaborer une charte interministérielle de partenariat public-privé (PPP) en matière de formation et d’insertion professionnelle, relire la loi d’orientation de l’éducation pour inclure le préscolaire dans la gratuité de l’éducation de base, relire et élaborer les programmes de formation en priorisant la formation qualifiante (formation modulaire qualifiante, CQB, CQP) tout en mettant l’accent sur les métiers ruraux porteurs (agriculture, élevage, artisanat et tourisme) et sur les métiers émergents (plomberie, carrelage, étanchéité, solaire, etc.).  

Forte mobilisation des participants pour la cérémonie de clôture des assises nationales de l’éducation @InfoH24

Pour le ministre de l’éducation nationale, il n’y a pas eu de véritable consensus sur la question des examens nationaux. Il ressort de ces assises que tous ne souhaitent pas la suppression du CEP et la tenue du BEPC à un seul tour. Par conséquent, il est recommandé la poursuite des sensibilisations sur ces questions avant toute décision finale. Des engagements ont été également pris pour la valorisation et le développement des langues nationales.

Lire aussi: https://www.infoh24.info/assises-nationales-de-leducation-trois-jours-pour-reflechir-sur-lavenir-de-lecole-burkinabe/

En ce qui concerne le cas particulier du Lycée Philippe Zinda Kaboré, Stanislas Ouaro a laissé entendre que le problème est déjà tranché et que le lycée sera transformé en lycée d’excellence scientifique Philippe Zinda Kaboré avec classes préparatoires intégrées et un système d’internat pour tous les élèves. Pour lui, tout est mis en œuvre pour que le lycée rouvre ses portes en octobre 2022 comptant pour l’année scolaire 2022-2023.

Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale lors de la cérémonie de clôture @InfoH24

Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales Stanislas Ouaro a également rappelé que les propositions issues de ces assises nationales de l’éducation nationale ont pour but de développer le système éducatif burkinabè.

Les participants ont aussi pris l’engagement d’accompagner la mise en œuvre des décisions du gouvernement issues des assises nationales de l’éducation nationale. Ils ont par ailleurs invité les communautés de base à s’approprier lesdites décisions et à s’impliquer dans leur exécution.

Président la cérémonie de clôture, le premier ministre Christophe Dabiré s’est réjoui non seulement du caractère inclusif et participatif de ces assises nationales mais aussi de la qualité des débats, des conclusions et recommandations adoptées à l’issue des trois riches et intenses jours de réflexion. Pour le chef du gouvernement, l’éducation peut faire de chaque Burkinabè, un acteur de développement engagé dans des œuvres communes et pour l’édification d’un Burkina Faso résilient, fort et prospère. Concernant les conclusions et recommandations issues de ces travaux, Christophe Dabiré a invité le ministre de l’éducation nationale à dégager dans les meilleurs délais, une feuille de route à soumettre au gouvernement.

Le premier ministre Christophe Dabiré lors de la cérémonie de clôture @InfoH24

Il l’invite également à mobiliser tous les acteurs de l’éducation et le peuple burkinabè à fonder un pacte national pour une éducation de qualité. Le chef du gouvernement appelle le peuple burkinabè à s’approprier les orientations de ces travaux et à accompagner le gouvernent dans l’application des décisions qui seront prises en conseil des ministres.

Le premier ministre Christophe Dabiré a pris l’engagement de travailler dans l’esprit des décisions issues de ces assises nationales de l’éducation pour que l’école burkinabè retrouve sa mission première, celle de former des Burkinabè travailleurs, responsables, solidaires et patriotes. Tout en félicitant les organisateurs pour le pari réussi, le premier ministre invite les élèves, les parents d’élèves, la communauté éducative, les Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur, les partenaires techniques et financiers à accompagner cette nouvelle vision de l’école burkinabè.

L’article Burkina Faso : clap de fin pour les assises nationales de l’éducation nationale est apparu en premier sur INFOH24 – Actualités et Infos au Burkina Faso et dans le monde.

Comments

comments

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com