Ouagadougou : Des journalistes à l’école de la lutte contre les Violences basées sur le genre

Les Hommes de médias ont été réunis en atelier en vue de mieux les outiller afin qu’ils puissent contribuer à une meilleure sensibilisation des populations sur les violences basées sur le genre (VBG). L’activité s’est tenue ce mercredi 8 décembre 2021 à Ouagadougou.

Au Burkina Faso, les zones à forte insécurité connaissent les cas les plus élevés de violences basées sur le genre (VBG), selon l’analyse du Cluster Protection. Ces violences, on en dénombre plusieurs types, dont celles physiques, et morales.

En collaboration avec les acteurs de lutte contre les VBG, Engender Health a ainsi initié une rencontre d’orientation avec une vingtaine de journalistes sur les VBG afin qu’ils soient plus outillés pour sensibiliser les populations sur ces violences.

Causées par des facteurs culturels dont l’acceptation de la violence sur un genre comme un fait culturel normal, des facteurs institutionnels dont l’impunité des auteurs de violences, la faible application des textes de lois et la faible capacité des acteurs en matière de gestion et de traitement des VBG, les VBG ont des conséquences assez profondes.

Au regard de ces violences, des lois ont été prises pour protéger les victimes sur le plan régional, national et international.  Malgré tout, l’application de ces lois peinent à se concrétiser sur le terrain avec d’énormes conséquences.

Parmi elles, on a, entre autres, les problèmes de santé, les traumatismes psychologiques et physiques, la dépression, les suicides et la dislocation de la cellule familiale.

Pour prévenir ce mal, les acteurs ont appelé à l’inclusion des hommes et des femmes, à l’engagement volontaire et manifeste de toute la communauté, à l’adoption de supports et techniques de communication appropriés, l’implication de plusieurs parties concernées à différents niveaux, à l’investissement dans le changement des normes sociales néfastes et rétrogrades, à l’investissement dans l’éducation et les compétences de vie des enfants, jeunes adolescents par le biais des formations.

Selon Habibou Kabre, paneliste, l’idée a été d’échanger avec les Hommes de médias pour qu’ils puissent transmettre le message du point de vue juridique qui existe dans le pays en ce qui concerne la protection et les droits humains de manière générale et précisément pour la défense et la protection des droits des femmes et des enfants.

« L’objectif est de constituer les relais au sein de la communauté pour que les informations justes puissent être passées. En ce qui concerne le cadre juridique au Burkina Faso, nous disons que dans l’ensemble, le Burkina Faso dispose d’un arsenal juridique favorable à la protection des droits humains et particulièrement pour la lutte contre les VBG », explique-t-elle.

Pour lutter contre les violences, Boureïma Ouédraogo, médecin, a appelé à la consolidation de la cohésion sociale et du vivre ensemble, à l’accès des victimes aux mécanismes de protection et de prise en charge des violences basées sur le genre.

En rappel, sur la commémoration international des 16 jours d’activisme, du 25 novembre au 10 décembre 2021, Engender Health qui est une organisation à but non lucratif, active dans la santé des femmes et la santé sexuelle et reproductive et opérant dans près de 20 pays en Afrique, en Asie et dans les Amériques, mène des campagnes de sensibilisation afin d’éliminer les violences à l’égard des femmes.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

L’article Ouagadougou : Des journalistes à l’école de la lutte contre les Violences basées sur le genre est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com