Société

Abdoulaye Barry : «France24, RFI et TV5 Monde ont pour mission de contribuer à promouvoir la vision de la France»

La Société Burkinabè de Géopolitique (SBG) a organisé ce samedi 30 avril 2022 à Ouagadougou, sa 2e conférence publique sur le thème « Médias et construction de l’opinion publique : un enjeu géopolitique pour les pays africains ». Cette thématique a été divisée en deux sous-thèmes à savoir « Médias et opinion publique dans une démocratie en difficulté » animé par Abdoulazize Bamogo, Vice-président du Conseil supérieur de la communication (CSC) et le second sous-thème animé par Abdoulaye Barry, journaliste et analyste politique, a été  « Médias internationaux et influence de l’opinion publique africaine : un outil de positionnement géopolitique ».

Les luttes d’influence et de domination des États sur la scène internationale prennent désormais en compte les médias pour le contrôle et la construction du consentement de l’opinion publique. C’est l’idée qui a retenue l’attention des participants à cette 2e  conférence publique de la Société burkinabè de géopolitique.

Le journaliste Abdoulaye Barry a déclaré que dans une étude réalisée en 2018 par Africascope, dans les capitales de huit pays africains, il y a « 81% des cadres dirigeants africains qui écoutent RFI ». Aussi, il a ajouté que le second élément d’influence des médias internationaux sur l’opinion publique tient par l’amplification des événements notamment les crises politiques sur le continent africain.

Pour lui, l’Afrique est devenue la terre promise des médias internationaux parce que « les enjeux de puissance se jouent en Afrique ». Allant plus loin, il a indiqué que les médias tels que « France24, RFI et TV5 Monde ont pour mission de contribuer à promouvoir les valeurs françaises, la Francophonie et la vision de la France dans le monde. Ce sont les médias qui sont financés par le contribuable français avec pour objectif d’imposer l’hégémonie de la France. C’est valable pour d’autres médias ».

 des médias de propagandes tout simplement

Pour sa part, le vice-président du CSC, Abdoulazize Bamogo, a affirmé sur son thème que les crises influent sur l’attitude des médias et vice-versa. A l’entendre, l’influence des médias sur la perception des événements est une réalité et peut engendrer des conséquences néfastes et il faut s’en prémunir, surtout dans un contexte de crise démocratique.

« Si on ne fait pas attention, l’influence des médias sur l’opinion publique va créer une sorte de cercle vicieux où la mauvaise opinion publique va aussi accentuer la crise démocratique. Donc, il est important de travailler avec les médias à renforcer leurs capacités pour que, même s’il y a crise, les médias soient toujours un rempart qui permettent de revenir à la situation normale d’un contexte démocratique plus viable », a-t-il laissé entendre.

Pour le rôle du modérateur, il y avait le Pr Théophile Balima. De son côté, il est revenu sur la place des médias dans les discussions politiques. Selon lui, ils sont « de plus en plus des médias de propagandes tout simplement parce qu’il y a les enjeux stratégiques à l’échelle mondiale et chaque média tend à imposer l’idéologie de son pays à travers ce qu’on appelle le soft power ».

Pour terminer, il a expliqué que cette stratégie loin d’être douce, est violente car elle s’applique au niveau de l’esprit et des opinions publiques.

Elisé SOME (Stagiaire)

 Faso7

L’article Abdoulaye Barry : «France24, RFI et TV5 Monde ont pour mission de contribuer à promouvoir la vision de la France» est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com