Société

Burkina Faso : l’Union européenne mobilise environ 197 millions de francs CFA au profit des déplacés internes venus de Seytenga

Andrea Koulaimah, Directrice pour I‘Afrique subsaharienne, l’Asie et l’Amérique Latine à la Direction Générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire de la Commission européenne, a effectué une mission de 3 jours au Burkina Faso. Durant son séjour, elle est allée à la rencontre des populations déplacées internes de Seytenga. Ce 7 juillet 2022, au siège de l’Union européenne à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse, elle s’est exprimée sur son séjour au « Pays des Hommes intègres ».

Andrea Koulaimah, Directrice pour l’Afrique subsaharienne, l’Asie et l’Amérique Latine à la Direction Générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire de la Commission européenne, était en déplacement au Burkina Faso cette semaine pour selon elle, réaffirmer la solidarité européenne envers tous les Burkinabè. À l’en croire, durant son séjour de trois jours, elle a pu s’enquérir des défis humanitaires qui se posent au pays et s’est informée sur les actions menées sur le terrain par les partenaires l’Union européenne (UE) afin d’encourager ces derniers.

« La mission s’est composée en deux parties. Une partie qui consistait en des réunions avec tous les interlocuteurs y compris les représentants de l’Etat, notamment le ministre des affaires Humanitaires et on a eu également un volet de terrain. On est allé à Dori et c’était l’occasion de rencontrer les personnes qui s’étaient déplacées de Seytenga de voir un peu quelle était la situation, quels étaient leurs traumatismes, quels étaient leurs besoins et quelle était la réponse qu’on leur avait apportée », a-t-elle introduit.

Concernant son voyage à Dori, Andrea Koulaimah, dit avoir vu à la fois des déplacés de Seytenga et des anciens déplacés qui étaient là depuis une ou deux années.

« Ce qui m’a frappé dans les déplacés de Seytenga, c’est tout d’abord qu’ils étaient logés et hébergés par des hôtes. Nous avons rencontré par exemple Aïcha qui a accueilli 40 personnes et qui s’est occupée de trouver un logement et des moyens de subsistance pour 40 personnes. C’est énorme pour elle seule. Elle a également mobilisé tout le voisinage pour donner des nattes à ces personnes. Ces personnes nous ont raconté comment elles se sont déplacé sans rien, sans affaires, avec les bals qui tournaient autour d’eux parce qu’elles s’échappaient d’une situation de violence. Nous avons vu et c’était très triste, des orphelins et des orphelines de guerre qui avaient perdu leurs parents pendant ces événements et qui étaient pris en charge par les communautés », a-t-elle relaté.

840 abris pour les déplacés internes de Seytenga

Selon Andrea Koulaimah, elle quitte le Burkina Faso avec une « idée relativement claire » sur la situation du pays en termes de besoins humanitaires liés aux conflits et aux déplacements qui en résultent. « On est déjà à 36 millions d’euros cette année, c’est-à-dire 24 milliards de franc CFA, me semble t-il. Malgré ce montant important et malgré la mobilisation de beaucoup de bailleurs européens, notamment la réponse reste insuffisante par rapport aux besoins », a-t-elle indiqué.

La représentante de l’Union européenne a par ailleurs informé que lors de sa visite à Dori, une aide d’urgence en termes de vivres, de nourriture, de moyens de subsistance, de protection de l’enfant et d’éducation a été apportée aux populations déplacées internes. « (…) Mais sur les abris, nous avions constaté collectivement qu’il y avait un déficit et c’est pour cela que je suis très heureuse de pouvoir annoncer qu’en plus de tout l’appui que nous donnions déjà, nous avons réussi à mobiliser en urgence 300 000 euros, c’est-à-dire 197 millions de francs CFA pour augmenter la réponse rapide à travers la Croix Rouge pour pouvoir assister ces populations qui sont dans le besoin, notamment à la veille de l’arrivée », a-t-elle spécifié tout en précisant qu’il s’agit de 840 abris qui ont la caractéristique d’être mobiles et que le jour où les PDI pourront rentrer chez elles, elle pourront les emporter pour continuer à les utiliser.

Faire de son mieux pour mobiliser des fonds additionnels

Aussi, la Directrice générale dit déplorer le fait que les projections de la communauté humanitaire soient déjà prises de cours par l’évolution des événements. « Notre obligation à tous c’est de prier pour le meilleur et de se préparer pour le pire. Donc on prie pour qu’il n’y ait plus de déplacés mais évidemment on doit être prêt à ce qu’il y en ait davantage (…) toute la communauté humanitaire est entrain de faire de son mieux pour mobiliser des fonds additionnels », a laissé entendre Andrea Koulaimah.

Wolfam Veter, Chef de la Délégation de l’UE au Burkina Faso, en prenant la parole, a tenu à saluer les efforts du gouvernement burkinabè dans la prise en charge des populations déplacées internes. « Il y a des défis qui sont vraiment quand même difficiles à gérer parce qu’on a l’impression que c’est pas la catastrophe encore. Il y a aussi les structures étatiques, ensemble avec les autres acteurs onusiens, des ONG internationales et surtout nationales, ils arrivent quand même à contenir le problème. Moi particulièrement, j’ai été impressionné, mais le problème et les défis sont énormes », s’est-il exprimé.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

L’article Burkina Faso : l’Union européenne mobilise environ 197 millions de francs CFA au profit des déplacés internes venus de Seytenga est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com