Société

Des manifestants exigeant le départ de l’ambassadeur de France au Burkina, chassés par la police

La manifestation initiée par le Mouvement M30 Naaba Wobgo pour le départ de l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade, a débuté ce 12 août 2022 à la Place de la Nation de Ouagadougou aux environs de 14h. Quelques instants après, les manifestants ont été dispersés par les éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS).

Les manifestants ont été chassés à coup de gaz lacrymogène © Faso7

Pour les membres du Mouvement M30 Naaba Wobgo, l’ambassadeur de France au Burkina, Luc Hallade, doit quitter le « Pays des Hommes intègres ». Ils reprochent au diplomate français d’avoir tenu des propos non courtois à l’endroit du Burkina Faso. Ils demandent par ailleurs, la Rupture des Accords de coopération militaire, économiques et le démantèlement du détachement militaire français de Kamboinsin et la fin de l’Expertise Technique Internationale (ETI) et le retrait des Assistants, Conseillers, Coopérants techniques des institutions étatiques.

Rejoints par les membres du Mouvement d’unification nationale pour le départ de la France (MUNADF), les leaders du Mouvement M30 Naaba Wobgo n’ont pas pu mener à terme leur manifestation.

En effet, la CRS sur les lieux, a demandé aux manifestants de rentrer chez eux. Pour faire exécuter leur ordre, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

Maïga Sita, un manifestant au micro de Faso7, dit être sorti pour exprimer son désaccord avec la politique française en Afrique. « J’ai appris qu’aujourd’hui, que y a une marche contre la France, pour que la France libère le Burkina Faso. Et pourtant depuis mon bas âge, j’étais très en boule contre la France vis à vis de l’histoire que j’ai vu à l’école. L’histoire m’a beaucoup touché et je sens toujours que c’est la même pression qui est sur nous toujours. Ils sont en train de nous piller. Ils pillent notre ressource et ils jouent double jeu encore. (…) Sans l’Afrique, la France n’est rien. On peut coordonner avec beaucoup d’Etats. Il y a la Turquie, il y a la Russie et je préfère la Russie que la France », s’est-il exprimé.

Le fait majeur lors de cette manifestation avortée était l’absence de Yéli Monique Kam, Coordonnatrice du Mouvement M30 Naaba Wobgo. En effet, initiatrice principale de la manifestation, la candidate malheureuse de l’élection présidentielle de 2020 n’était pas présente près de ses camarades au niveau de la Place de la nation de Ouagadougou.

Selon Abdounasira Sanfo, porte-parole du mouvement M 30 Naaba Wobgo, rencontré par le reporter de Faso7 sur place, Yéli Monique Kam se serait retranchée dans les locaux du tribunal de grande instance de Ouaga 1, lorsqu’elle était poursuivie par les forces de l’ordre. « On l’a pourchassée et puis elle a couru rentrer », a confié Abdounasira Sanfo.

Faso7

L’article Des manifestants exigeant le départ de l’ambassadeur de France au Burkina, chassés par la police est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com