A la UneAIB.Media

Une association féminine reboise à Gogo pour contrer la désertification

Burkina-Environnement-reforestation :

Une association féminine reboise à Gogo pour contrer la désertification

Gogo, 14 août 2022 (AIB)-L’association féminine Sol Vert a mis en terre, jeudi, 1000 plants d’espèces locales, à Gogo (province du Zoundwéogo) pour lutter contre la désertification et renforcer les moyens de subsistances des populations locales.

Ces espèces forestières locales sont constituées, entre autres, de baobab (Adansonia digitata), de liane (Saba senegalensis), de néré (Parkia biglobosa), de jujubier (Ziziphus mauritiana), de caïlcédrat (Khaya senegalensis), de Nobga ou prunier d’Afrique et de tamarinier (Tamarindus indica).

 « Nous avons choisi le village de Gogo pour le reboisement parce que le projet LOGMe intervient dans cette commune », a souligné la présidente de l’association Sol Vert, Rasmata Koné

« Ce sont des espèces qui luttent contre la désertification et favorisent la restauration du couvert végétal (…) Ces arbres constituent aussi des moyens de subsistance et sont utilisés dans la médecine traditionnelle », a indiqué, jeudi, à Gogo (province du Zoundwéogo), la présidente de l’association Sol Vert, Rasmata Koné pour justifier le choix des différentes variétés sélectionnées.

Mme Koné intervenait lors de la séance de reboisement entrant dans le cadre de la 3e édition de la journée de reboisement de sa structure qui accompagne la politique environnementale du gouvernement en faveur de la neutralité en matière de dégradation des Terres.

Le représentant du Chef de Gogo, Moumouni Bouda, promet un bon entretien des arbres

Selon les services techniques de la Direction régionale de l’Environnement, de l’Energie, de l’Eau et de l’Assainissement du Centre-sud qui appuient l’initiative de Sol Vert, deux sites d’une superficie totale d’environ deux hectares et demi ont été identifiés au sein du centre de Gogo pour la mise en terre des 1000 plants.

La présidente de Sol Vert, se félicitant de l’aide de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature et des ressources naturelles (UICN), a précisé que l’activité de reboisement a été rendue possible grâce à l’appui de cette structure.

Les populations sont sorties en grand nombre pour le reboisement de leur site

Les ressources mises à la disposition de Sol Vert sont issues des fonds alloués à l’exécution du projet « Terres d’opportunités au Sahel » encore connu sous l’acronyme LOGMe (Land Oppotunities Global Mechanism) qui est assuré au Burkina Faso mais aussi au Ghana et au Niger par l’UICN, a-t-elle ajouté.

Concernant la genèse du partenariat entre l’UICN et Sol Vert, le chargé du projet LOGMe pour le compte de l’UICN, Bassourou Boyla, a fait savoir que le soutien à l’association féminine pour la réalisation de son activité entre en droite ligne des objectifs stratégiques du projet LOGMe.

Il a précisé que l’activité a été mis en œuvre grâce à un financement du gouvernement italien via le Mécanisme mondial de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

« Cette activité de reboisement concourt à l’atteinte de l’objectif global du projet LOGMe qui est de contribuer, de façon significative et durable, à la restauration des paysages au Sahel tout en créant des activités génératrices de revenus pour les communautés locales », a souligné M. Boyla.

Une affiche de sensibilisation est plantée en bordure du site réboisé

La nature du soutien de l’UICN à Sol vert, a-t-il dit, a été, à la fois, technique et financier, notamment pour le choix des sites et des espèces à planter, la sensibilisation par la confection et l’érection d’un panneau explicatif et l’acquisition de grillage de protection des plants.

Pour Rasmata Koné, après la séance de reboisement, il est important que les populations locales veillent à la protection des plants jusqu’à la transformation des sites en îlots forestiers.

« Nous souhaitons vraiment que les populations en prennent soin parce que l’arbre c’est la vie », a-t-elle argué.

Le représentant du Chef de Gogo, Moumouni Bouda, a assuré que l’appel est entendu.

« Nous allons choisir des jeunes qui vont s’en occuper », a-t-il soutenu, insistant, du reste, sur l’utilité des espèces forestières mises en terre aussi bien pour la consommation humaine que pour les soins.

L’association féminine Sol Vert compte 188 membres. Elle a été accréditée, en décembre 2021, par la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

Sol vert se fixe comme objectif principal de contribuer à l’amélioration durable des conditions de vie et à la réduction de la pauvreté des communautés et d’accompagner les collectivités territoriales dans la promotion du développement économique local.

Agence d’information du Burkina

MZ/wis 

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com