A la UneSidwaya

Campagne agricole de la saison sèche : environ 65 000 tonnes de céréales attendues

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques a officiellement lancé la campagne agricole de la saison sèche et de vaccination contre les maladies animales 2022-2023, le jeudi 24 novembre 2022, à Tanghin Wobdo, un village de la commune de Sabou dans la région du Centre-Ouest.

Pour la présente campagne agricole de la saison sèche et de vaccination 2022-2023, il est attendu une production d’environ 65 000 tonnes de céréales et 109 000 tonnes de produits maraichers, pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle. C’est l’objectif que s’est fixé le ministère de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, à travers le lancement de cette campagne, le jeudi 24 novembre 2022 à Tanghin Wobdo, un village situé à Sabou dans la région du Centre-Ouest. Placée sous le thème : « Intensification de l’agriculture irriguée et protection sanitaire du cheptel : une nécessité pour le renforcement de la résilience des agropasteurs dans un contexte de défi sécuritaire », la campagne se veut un moyen pour consolider les acquis engrangés au cours de la saison humide écoulée. Devant les acteurs du monde rural, les partenaires financiers et le ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Bassolma Bazié représentant le chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré a fait cas de la détermination des nouvelles autorités de la Transition à booster la production irriguée.

Au cours du lancement de la campagne, les populations ont été invitées à faire vacciner leurs animaux.

A ce titre, des actions majeures sont attendues. Il s’agit selon le ministre Bassolma Bazié, de la confortation de quatre barrages dans les régions du Centre-Sud, du Plateau central et du Nord, l’appui à la valorisation des grands et petits périmètres irrigués et l’accompagnement pour la mise en valeur des 250 modèles d’exploitation agricole déjà réalisés d’une part et l’aménagement de 100 nouveaux sites d’autre part. La mise en œuvre de ces actions, a poursuivi le ministre d’Etat, va se faire à travers des appuis en intrants et équipements aux producteurs. Outre cet accompagnement, d’autres équipements sont en cours d’acquisition. Il s’agit de 5 800 tubes Polychlorure de vinyle (PVC), 200 motopompes, des kits d’irrigation goutte à goutte et des semences maraîchères.

Du matériel en cours d’acquisition

Bassolma Bazié a par ailleurs annoncé qu’il est prévu de nouvelles acquisitions que le département en charge de l’agriculture est invité à prendre des dispositions pour rentrer en possession de ces matériels. Ils concernent entre autres des équipements d’irrigation dont 31 motopompes et 11 tubes PVC d’irrigation, des engrais minéraux (1 795 tonnes de NPK et 1076 tonnes d’urée), des semences améliorées et des produits de traitement (5 561 litres de pesticides). « D’un coût prévisionnel estimé à plus de dix milliards F CFA, ce plan doit permettre de réduire, voire lever les contraintes auxquelles certains producteurs ont fait face pendant la campagne humide », a-t-il déclaré. S’inscrivant dans la même logique, le ministre de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, Dr Dénis Ouédraogo, a informé que des forages vont être réalisés.

« Dans certaines régions du pays, à moins de 100 mètres de profondeur, le volume d’eau est estimé entre 7 à 10 m3 par heure. Par contre, pour des profondeurs comprises entre 200 à 300 m3, nous pourrons espérer avoir des débits variant entre 60 et 80 m3 par heure », a-t-il expliqué. Avec une telle réalisation, a indiqué Dr Dénis Ouédraogo, les producteurs vont bénéficier des avantages en saison sèche et pluvieuse. A côté de ces actions annoncées, des dispositions sont également prises afin que les couvertures contre les maladies animales connaissent une amélioration conséquente. Car, selon le ministre en charge de l’agriculture, la vaccination reste la seule mesure de contrôle pour limiter l’extension des maladies. Pour cette campagne, de son avis, les besoins sont estimés à plus de deux milliards F CFA au regard des cibles fixées par les autorités dans la couverture vaccinale contre la Péripneumonie contagieuse bovine (PPCB), la Peste des petits ruminants (PPR), la maladie de Newcastle (MNC) et la variole aviaire. Au cours de cette campagne, a précisé M. Ouédraogo, 32 millions de volailles, plus de six millions de bovins et 14 millions de petits ruminants vont être vaccinés. Le lancement de cette campagne a également servi de cadre de récompense des vétérinaires sanitaires et des vulgarisateurs volontaires villageois pour leurs efforts fournis aux côtés des populations.

Oumarou RABO

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com