A la UneAIB.Media

Ganzourgou/Résilience des agropasteurs : Le Consortium Gold for climate en concertation

Ganzourgou/Résilience des agropasteurs : Le Consortium Gold for climate en concertation

Zorgho, (AIB)- Dans le   cadre du projet «Contribution de l’exploitation minière à la résilience des agro pasteurs au changement climatique et à la cohésion sociale au Burkina Faso », le consortium Gold for climate (GFC) a organisé la 3ème session de son cadre de concertation communal multi acteurs de Boudry, le 22 novembre 2022. Placée sous la présidence du Président de la délégation spéciale de la commune de Boudry, Mohamed D. Ouédraogo, la rencontre a permis aux acteurs d’examiner les activités mises en œuvre dans le cadre du projet et de bénéficier d’une sensibilisation sur la gestion non violente des conflits.

L’exploitation minière a un impact sur les agropasteurs dans les régions minières du Burkina.

Dans le but de renforcer leurs capacités de veille, de contrôle citoyen et d’assistance juridique pour sécuriser le foncier pastoral autour des sites miniers, soumis à la dégradation climatique, un projet est initié.

Dénommé projet «contribution de l’exploitation minière à la résilience des agro pasteurs au changement climatique et à la cohésion sociale au Burkina Faso », il est financé par l’Union européenne et est mis en œuvre par un consortium composé de l’ONG CARE, le Conseil régional des unions du Sahel (CRUS), le Réseau billital Maroobé (RBM) et la Chambre des mines du Burkina (CMB).

Le projet intervient dans les communes de Falangountou, Gorom-Gorom, Dori, Seytenga et Markoye dans la région du Sahel, Namissiguima et Ouahigouya dans la région du Nord, Boudry et Mogtédo dans la région du Plateau central.

Le président de la délégation spéciale de Boudry Mohamed D. Ouédraogo (milieu) a salué la tenue de ce cadre de concertation.

Au nombre des activités inscrites dans ce projet, il y a l’animation des cadres de dialogue. C’est dans ce sens que s’est tenue cette 3ème session du cadre de concertation.

Elle avait pour objectif de connaitre les   activités menées par les acteurs du consortium (CARE, CRUS, RBM, CMB), présenter les activités de la mine courant l’année 2022, présenter le consultant retenu pour la réalisation du plan d’aménagement éco-durable de la zone   pastorale Mankarga V7 et sensibiliser les acteurs à la gestion non violente des conflits.

A cet effet, les représentants de CARE, du CRUS, de RBM et de CMB ont présenté aux participants les activités qu’ils ont menées dans le cadre du projet.

L’on retient entre autres l’analyse du Plan communal de développement (PCD) de la commune de Boudry par la Chambre des mines, des formations à l’intention des collectivités, des services techniques et des miniers sur la mobilité pastorale, des sessions de sensibilisation, la réalisation de champs école, des renforcements de capacité des agro pasteurs sur les méthodes d’adaptation au changement climatique, la mise en place de dispositifs de veille et de mécanisme d’écoute…

M. Chec Ibrahim Ouattara satisfait de la qualité des échanges.

Quant à la Société des mines de Sanbrado (SOMISA), son représentant, Hugues Kambiré a listé plus d’une dizaine de programmes mis en œuvre.

Il s’agit entre autres du programme d’aménagement de jardins maraichers, du programme de récupération de terres dégradées, du programme de vulgarisation de semences améliorées, du programme du contrôle d’érosion et d’amélioration des sols…

A la suite de la présentation des différentes activités menées, le consultant retenu pour l’élaboration du plan d’aménagement et de gestion de la zone pastorale de Mankarga V7, M. Hamadé Ouédraogo a présenté le processus d’élaboration de ce plan et a demandé l’accompagnement des autorités locales et de tous les acteurs pour réussir sa réalisation.

Pour le coordinateur du consortium, Chec Ibrahima Ouattara, l’élaboration de ce plan fait suite à une doléance des collectivités de Boudry lors des précédentes sessions du cadre de concertation.

Selon lui, il est ressorti que des orpailleurs ont envahi la zone pastorale. Des sensibilisations sur l’utilisation des produits chimiques, l’importance de la cohésion sociale, le vivre ensemble, le respect des activités des uns et des autres, le respect de la zone pastorale ont permis aux acteurs d’en prendre conscience.

Mais, toujours selon lui, la non délimitation de la zone pastorale, l’absence de cahier de charge et de plan de gestion constituait un obstacle et c’est ce qui a conduit à voir un consultant pour initier l’aménagement de la zone avec la participation des communautés pour identifier les actions à mener pour rendre la zone viable.

La sensibilisation sur la gestion non violente des conflits faite par le chargé de projets de l’ONG ORCADE, M. Drissa Traoré a édifié les participants sur les causes des conflits et les mécanismes pour les gérer de façon non violente.

Au terme des différentes présentations, le coordinateur du consortium, Chec Ibrahim Ouattara s’est dit réconforté par les actions menées par les différents acteurs et les réactions des bénéficiaires directs du projet.

Le Président de la délégation spéciale de Boudry, Mohamed D. Ouédraogo a félicité le consortium pour la tenue de cette session.

Il a remercié les acteurs pour leur mobilisation et a souhaité que les conclusions des travaux aient un impact au sein des différentes communautés pour contribuer au développement à la base.

Il a fini en invitant chaque participant à être un acteur de paix et de cohésion sociale.

Agence d’information du Burkina

Moïse SAMANDOULGOU

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com