Société

« Tous les profils de femme sont référençables sur Wikipédia » (Bassératou Kindo)

Le leadership féminin est de plus en plus reconnu au Burkina Faso. Cette reconnaissance est liée en partie à la représentation des femmes dans le monde du numérique. C’est dans ce sens que WikiGap se présente comme un référenceur de profils de femmes burkinabè sur Wikipédia. Pour mettre en lumière le concept de « WikiGap », Faso7 est allé à la rencontre de la porteuse du projet, Bassératou Kindo, journaliste/bloggeuse, le 28 novembre 2022.

Faso7 : Qu’est-ce que WikiGap ?

Bassératou Kindo (B.K) : WikiGap c’est le référencement de profils de femmes sur Wikipédia. Wikipédia qui est l’encyclopédie mondiale. C’est une plateforme de reconnaissance des mérites, mais surtout de découverte, d’apprentissage et de partage de connaissances.

Faso7 : Depuis la première édition en 2020, combien de femmes ont été référencées sur cette encyclopédie mondiale ?

B.K : On est à près d’une centaine de femmes référencées. Mais ça ne vaut véritablement pas 100 parce qu’il y a des pages qu’on avait créées et qui ont été supprimées plus tard. Cette année, je pense qu’on va pouvoir atteindre 35 femmes qui seront référencées sur Wikipédia.

Faso7 : Entrepreneure, historienne, politique, quel est le type de profil notable sur Wikipédia ?

B.K : Tous les profils sont notables sur Wikipédia, mais il y a quand même des règles à respecter. Il y a quand même aussi des critères d’admissibilité sur la plateforme. En Afrique, c’est l’oralité qui prime alors que sur Wikipédia, l’un des critères, c’est surtout d’avoir des sources. Tout ce qu’on partage comme connaissance, il faut qu’on arrive à justifier à travers une source. Alors que beaucoup de femmes ne s’expriment pas dans les médias et dans les ouvrages. Et même quand on veut écrire sur elles, il y a de l’information, mais il faut qu’on arrive à justifier à travers une source. Donc, il n’y véritablement pas de sources sur beaucoup de femmes. C’est surtout le problème majeur sinon tous les profils de femme sont référençables sur Wikipédia.

Faso7 : Que faites-vous quand une femme n’a pas de sources disponibles ?

B.K : Mousso News est vraiment engagé dans la production de contenu sur les femmes. Et l’exemple le plus partant dont personnellement, je suis fière, c’est la page de Bintou Ruth Diallo. L’objectif de Mousso News est de pouvoir produire beaucoup de contenus sur les femmes pour que même si ce n’est pas nous au niveau du Burkina qui créons des pages sur les femmes, que des gens qui voudront le faire, puissent avoir des informations sur la personne à travers les articles qu’on écrit.

Faso7 : Y’a-t-il des difficultés dans le référencement des profils féminins de façon spécifique ?

B.K : Le véritable problème, c’est surtout la source. C’est vrai qu’au début les gens disent, et même continuent de dire que Wikipédia n’est pas crédible. Moi, je dirai que ça peut ne pas être crédible, mais les contenus du Burkina, les pages, les articles qui ont été créés sur le Burkina, ce sont d’autres personnes qui l’ont fait pourtant ces personnes ne connaissent pas véritablement le contexte ou la réalité burkinabè.

L’une des difficultés aussi est que Wikipédia n’est pas une plateforme de publicité et de marketing alors qu’on voit des gens qui aident beaucoup dans la formation, dans le renforcement de capacité. Si on veut référencer ces personnes, il faut trouver l’astuce pour montrer que ce n’est pas de la publicité, ce n’est pas du marketing qu’on veut faire sur la personne. C’est surtout ça aussi les difficultés qu’on rencontre parfois.

Faso7 : Que faut-il faire pour pallier ces difficultés ?

B.K : Ce qu’il faut faire pour pallier ces difficultés, il faut d’abord que les gens, particulièrement les femmes acceptent de s’exprimer dans les médias. Il faut que les médias prennent toujours l’initiative d’écrire sur ces femmes afin d’offrir plusieurs sources lorsqu’on veut les référencer.

Faso7 : Pourquoi le média Mousso News est engagé dans ce volet numérique de leadership de femme ?

B.K : Le média Mousso News est vraiment engagé pour le leadership féminin, pour la promotion et la valorisation de tout ce qui est initiative de femme parce qu’on se dit qu’il y a beaucoup de quotidien aujourd’hui, il y a beaucoup de médias, mais il n y a pas de médias thématiques sur les femmes. Et quoiqu’on dise, l’homme et la femme ne sont pas pareils. Il y a beaucoup de limites ou d’obstacles qui font que la femme ne peut pas déployer tout son potentiel. Lorsqu’il y a un média qui est dédié pour leur cause, pour leur visibilité, on se dit que ça peut encore donner plus de courage, ça peut encore donner plus de confiance et plus de crédit. C’est pourquoi Mousso News est vraiment engagé et on espère avoir la force, l’énergie et tout le temps nécessaire de dédier particulièrement et spécialement à la femme.

Faso7 : L’édition 2022 aura lieu en décembre. Quelles sont vos attentes ?

B.K : Les attentes sont surtout qu’on puisse à l’issue de l’édition, créer un UserPro parce que pour le moment, le Burkina n’a pas de UserPro. Le User dans le langage Wikipédia, c’est la communauté. Une communauté qui sera officiellement reconnue par Wikipédia. Donc l’attente à l’issu de Wikigap 2022, c’est de pouvoir mettre en place une communauté et aussi faire comprendre l’utilité et l’intérêt de Wikipédia et parallèlement l’intérêt et l’utilité de toujours écrire des articles. L’autre attente est qu’on puisse continuer avec les formations surtout au niveau des jeunes dans les écoles et universités. Et j’espère aussi que la prochaine édition, on aura beaucoup de partenaires financiers parce que cette année, c’est véritablement sous fonds propres qu’on va essayer d’organiser.
De passage, je remercie WikiWakUp, qui est aussi un projet porté par de jeunes africains qui ont contribué financièrement et Africa distribution qui nous accompagne aussi côté logistique. Et tous les médias, notamment Faso7 qui nous apporte cette visibilité-là pour que nos voix puissent porter plus haut.

Faso7 : Quelles sont les perspectives ?

B.K : Il y a beaucoup d’autres projets, ce n’est pas que WikiGap. Il y a Wikiloves, Wiki Loves Women, Wiki Commons, Wikivoyage, Wikiquote. Dans les perspectives, c’est qu’on puisse monter d’autres projets pour ces plateformes. Puisqu’il y a Wikipédia qui est la plateforme où on crée des pages, on donne de la visibilité aux personnes et aux événements et il y a Wikiquote qui est surtout les citations. Il y a aussi Wiki Commons, c’est vraiment le téléversement des images.

Propos recueillis par Bernadette Kambiré (stagiaire)

Faso7

L’article « Tous les profils de femme sont référençables sur Wikipédia » (Bassératou Kindo) est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com