AIB.MediaSociété

Burkina : Fermeture de sites miniers et gestion des périodes de pointe par la SONABEL, au menu des quotidiens burkinabè

Burkina –Presse- Revue

Burkina : Fermeture de sites miniers et gestion des périodes de pointe par la SONABEL, au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 15 mars 2023 (AIB)- Les quotidiens burkinabè de ce mercredi font écho des raisons de la fermeture des sites miniers et de la gestion des périodes de pointe par la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL).

« Période de pointe : La SONABEL annonce de petites coupures de 30 minutes maxi », titre à sa Une le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, L’Observateur Paalga.

Le journal informe qu’en cette période de canicule, comme la température peut excéder les 40° C, les installations de la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL) prennent un coup, ce qui provoque des désagréments comme des coupures d’électricité, voire des délestages, mais que l’entreprise rassure un rétablissement  de 30 minutes maximum en cas de coupure.

« Nous allons prendre toutes les dispositions nécessaires au niveau de nos équipes de terrain, des exploitants pour que lorsqu’il y aura coupure, nous puissions réagir  afin de rétablir le système dans les plus brefs délais dans un maximum de 30 minutes » a affirmé le Directeur général de la SONABEL, Daniel Sermé.

A ce sujet, le quotidien privé Le Pays titre à sa manchette, « Echanges SONABEL/ OSC : La gestion de la pointe 2023 comme plat de résistance ».

Le Pays relate que selon le directeur du transport et mouvement d’énergie à la SONABEL, Aristide Ouédraogo, il y a quatre sources d’alimentation à savoir la production thermique, hydroélectrique, la production solaire et l’importation.

Le journal ajoute que  la SONABEL, attend 80 mégawatts de la Côte d’Ivoire et 160 mégawatts du Ghana, dont une importation de 60% de la consommation au Burkina.

Sous un autre angle, le quotidien national Sidwaya titre à sa Une : « Fermeture des sites miniers : Les raisons expliquées aux députés ».

Le journal informe qu’en évoquant une probable connexion entre l’exploitation artisanal d’or et le financement du terrorisme, le ministre en charge des mines, Simon Pierre Boussim a justifié leur fermeture par la volonté du gouvernement.

Sidwaya ajoute qu’au titre des sites industriels, la fermeture a mis au chômage au moins 2500 employés avec les effets corollaires dont la baisse des revenus de ménages.

Le journal bobolais, L’Express du Faso renseigne que cette fermeture a entrainé une baisse de la production minière de l’ordre de 13% et une baisse des recettes estimée à plusieurs milliards de F CFA.

C’est à juste titre que le journal Le Quotidien mentionne, en première page : « Impact de l’insécurité sur la production minière en 2022: Le ministre des mines annonce baisse de 13% ».

« Projets routiers dans les zones rouges : L’implication du génie militaire n’est pas envisageable », affiche aussi L’Express du Faso.

Le journal informe que selon le ministre de la défense, le colonel major, Kassoum Coulibaly, le génie militaire ne dispose d’aucun équipement permettant de réaliser des revêtements de chaussées en bitumes.

« Le génie service est spécialisé dans les études et la réalisation d’infrastructures au profit des forces armées nationales », a-t-il ajouté.

De son côté, Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, évoque les deux sujets à travers ce titre qui barre sa Une : « Exécution des infrastructures routières et fermeture des sites d’orpaillage en zones rouges: Les éclairages des ministres de la Défense et des Mines, Cl Kasoum Coulibaly et Simon-Pierre Boussim ».

Agence d’information du Burkina 

FT-CI/hb/ak 

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com