Actualité

Election à la direction de l’OMC : La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala sera-t-elle confirmée par le Conseil général ?

Débuté en juillet 2020, le processus de désignation du nouveau directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pourrait connaître son dénouement le 9 novembre 2020. Le fait marquant dans cette élection est que l’Afrique pourrait, pour la première fois, s’adjuger le trône de la plus forte institution commerciale internationale. En effet, après trois premiers processus, les chances semblent peser en faveur de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, ex-ministre des Finances, puis des Affaires étrangères de son pays, et ex-numéro deux de la Banque mondiale.

Ils étaient huit candidats au départ. Cinq, à l’issue du deuxième processus de sélection, et deux après le troisième round. De ces deux finalistes, l’ex-ministre des Finances, ensuite ministre des Affaires étrangères du Nigéria, Ngozi Okonjo-Iweala, semble avoir réussi à tirer toutes les chances de son côté pour succéder au Brésilien Roberto Azevedo qui a démissionné un an avant la fin de son mandat. Ngozi Okonjo-Iweala est en compétition dans cette finale avec la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee, ministre du Commerce de son pays. Tout compte fait, l’institution sera dirigée par une femme pour la première fois de son histoire. Le continent africain aura-t-il l’honneur de relever ce défi ?

A une réunion des chefs de délégation, le 28 octobre 2020, l’ambassadeur Walker et ses deux co-facilitateurs ont annoncé que, sur la base de leurs consultations avec toutes les délégations, la candidate la mieux placée pour parvenir à un consensus et devenir le septième directeur général de l’OMC était Ngozi Okonjo-Iweala du Nigéria. Walker précise qu’il s’agissait de l’évaluation de la “troïka” des facilitateurs et qu’une décision finale devait être prise par les membres lors d’une réunion du Conseil général, prévue le 9 novembre 2020.

Ngozi Okonjo-Iweala préside actuellement le Conseil d’administration de l’Alliance du vaccin (Gavi). Elle fait aussi partie du groupe de travail de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi que de celui de l’Union africaine en matière de lutte contre le Covid-19. Si elle est élue, elle sera confrontée à de sérieux défis dans un contexte marqué par des tensions internationales, en particulier entre les États-Unis et la Chine, et par la montée du protectionnisme sur fond de ralentissement économique lié à la pandémie du coronavirus. Bien avant, elle doit compter sur la réunion du Conseil général, qui doit choisir entre elle et la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com