Actualité

Burkina : « La crise sécuritaire est avant tout identitaire… » (Abdoul Karim Sango)


Le Parti pour la Renaissance Nationale (PAREN) a mobilisé des jeunes pour la grande majorité constitués d’étudiants pour une conférence publique animée par Dr. Abdoul Karim Sango, Ministre de la culture, des arts et du tourisme, sous la supervision de son père spirituel le Pr. Laurent Bado par ailleurs invité d’honneur. Cette conférence publique qui s’est tenue ce 15 novembre 2020 à Ouagadougou a eu pour thème: « Développement endogène, l’unique alternative pour le Burkina Faso ».

« Nous avons fait le choix du CENASA pour cette rencontre avec les jeunes pour éviter les djandjobas communément appelé meetings » a lancé d’entame Abdoul Karim Sango. Une pique sous forme de parabole qu’a lancé Abdoul Karim Sango aux partis politiques qui organisent ça et là des meetings pour conquérir l’électorat dans le cadre des élections présidentielle et législatives de novembre 2020.

Revenant sur le thème de la rencontre, le fils spirituel de Laurent Bado a tenu à faire savoir en préambule que le Parti pour la Renaissance Nationale (PAREN), son parti « a des idées ». « On peut en rire aujourd’hui, on va en pleurer demain », a-t-il prévenu.

Aussi, a-t-il volu mentionner : « l’une des idées que le PAREN a toujours défendu, c’est le développement endogène comme modèle sine qua non pour le développement du Burkina ».

Partant du constat que « 60 ans après les indépendances, l’Afrique qui regorge pourtant plus de richesses a toujours les peuples les plus misérables », le ministre de la culture a estimé que cela doit normalement intriguer plus d’un . « Le Burkina qui a des terres arables, de l’eau, de l’or, a du mal à en profiter ». Pour lui, il y a véritablement problème.

Cependant, comme solution, le conférencier pense qu’il faut aller vers un modèle endogène de développement. A titre d’exemple, Dr Sango fait noter qu’en 1980, le revenu par tête des voltaïque dépassait le revenu par tête des Chinois alors qu’actuellement la Chine est une puissance économique mondiale tandis que le Burkina est à la peine.

« Qu’est-ce qui s’est passé? » interroge M. Sango avant d’indiquer en guise de réponse, que la réalité est que le peuple chinois a su opérer à un moment de son histoire, « une Révolution culturelle pour réorienter son modèle de développement sur sa culture et ses propres moyens ». D’ailleurs, pour le conférencier du jour, les crises terroristes que connaît le Burkina, sont d’abord des crises identitaires et culturelles.

C’est au regard de tout celà que le PAREN a milité pour que le développement dont on parle soit un développement auto centré, a revendiqué Abdoul Karim Sango. Ainsi, c’est à travers de tels arguments que celui-ci a éclairé son auditoire sur les bases du développement endogène.

Le père spirituel du Dr Abdoul Karim Sango, Laurent Bado pour conclure, a résumé ses propos en scandant: « Mort au libéralisme, mort au socialisme, mort au communisme et vive le grégarisme et l’actionnariat populaire ». Une idéologie selon laquelle, « le train du développement doit circuler sur les rails des valeurs culturelles, l’agriculture et l’élevage devant constituer la locomotive et l’actionnariat populaire devra couronner le tout en boostant l’industrialisation ».

Hamadou Ouédraogo
Minute.bf

Source : Minute.bf

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com