Actualité

Transformation et valorisation des déchets au Burkina : Le PISCCA tire un bilan satisfaisant de ses activités

L’ambassade de France au Burkina a clos les activités de son « Projet innovant des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (PISCCA) », le vendredi 4 décembre 2020 à Ouagadougou. Neuf structures ont bénéficié d’un financement de près de 278 millions de francs CFA pour le compte de l’année 2019-2020.

La République française est admirative du dynamisme et de l’engagement des associations et coalitions d’acteurs burkinabè œuvrant dans la transformation et la valorisation des déchets. Pour mieux les structurer, les appuyer et les organiser, l’ambassade de France, à travers le Projet innovant des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (PISCCA), a mis en place un fonds de « soutien aux organisations de la société civile engagées pour Ouagadougou ville durable ». Ce vendredi 4 décembre 2020, le fonds a clôturé ses activités pour l’année 2019-2020.

Frank Lalanne, attaché de coopération de l’ambassade de France au Burkina.

Pour cette année, suite à un appel à projets, 71 projets ont été reçus. Neuf ont été retenus au regard de leur originalité. Selon Frank Lalanne, attaché de coopération de l’ambassade de France au Burkina, ces structures ont bénéficié d’un financement d’une valeur de près 278 millions de francs CFA. Au Burkina Faso, a déclaré M. Lalanne, ce fonds est un instrument privilégié de l’ambassade pour favoriser le renforcement, la structuration et la professionnalisation des organisations issues de la société civile. A l’en croire, le projet vise prioritairement à donner à ces acteurs une meilleure visibilité, appuyer leurs initiatives en faveur de l’égalité des genres, la transparence et la participation citoyenne, tout en veillant à la protection de l’environnement.

Les représentants des associations.

A l’occasion de cette cérémonie, la « Fondation France s’engage » a récompensé le lauréat de la 4e édition de son prix international. Il s’agit de l’Association SOS Energie. Selon Laurence Arnoux, chef du service coopération et action culturelle de l’ambassade de France, le prix devait être remis à Paris courant juin. « En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, nous avons décidé de le remettre aujourd’hui », a-t-elle fait savoir. Ce prix a une valeur de 20 000 euros.

Vincent Nikiema recevant son prix des mains de Mme Arnoux.

Pour Vincent Nikiema, président de l’Association SOS Energie, sa structure entend créer une unité artisanale de production et de vente de charbon vert et de compost, au profit d’un groupement de femmes du village de Goghin. « Ce prix est une invite à mieux faire. L’argent sera mis à profit pour payer du matériel, agrandir les locaux afin de satisfaire la demande », a-t-il soutenu.

Obissa Juste MIEN

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com