Actualité

Andreas Pfaffernoschke, ambassadeur d’Allemagne : « Le volet sécurité a pris une place importante dans la coopération germano-burkinabè »

Depuis qu’il a présenté ses lettres de créance au président du Faso en septembre 2020, l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Burkina, Andreas Pfaffernoschke, s’efforce de rendre encore plus dynamiques les relations entre son pays et le Burkina. Dans cet entretien, une première avec Lefaso.net, il détaille les différents volets de la coopération germano-burkinabè et la situation sécuritaire nationale.

Lefaso.net : Quelle analyse faites-vous des élections couplées du 22 novembre 2020 au Burkina ?

Andreas Pfaffernoschke : Elles se sont déroulées dans des circonstances assez difficiles pour le Burkina Faso, avec des défis sécuritaires, sanitaires et logistiques à relever. Je félicite le peuple burkinabè et la CENI (Commission électorale nationale indépendante, Ndlr) pour le déroulement de ces élections. Ce scrutin est la preuve de la maturité démocratique du peuple burkinabè. Dans l’ensemble, ces élections sont une réussite pour la démocratie.

Quels sont les grands axes de la coopération entre Berlin et Ouagadougou et comment se porte cette coopération ?

La coopération germano-burkinabè est au beau fixe. Elle date de plusieurs dizaines d’années et vise à accompagner le Burkina Faso dans sa politique de développement et de lutte contre la pauvreté. Notre coopération met l’accent sur l’agriculture, la décentralisation, l’accès à l’eau potable, l’assainissement, les droits des enfants et les finances publiques. A côté de ces pôles prioritaires et dans le cadre de la coopération bilatérale, nous finançons des projets et programmes par le biais d’organisations multilatérales telles que les agences du système des Nations-Unies.

En outre, de nombreuses Organisations non gouvernementales allemandes sont actives au Burkina avec le soutien financier du gouvernement allemand. Lors des dernières négociations intergouvernementales entre les deux pays, l’Allemagne a fait un don de 45 milliards de francs CFA au Burkina pour les années 2020 et 2021. Ce qui fait de l’Allemagne le premier donateur du Burkina, selon le dernier rapport publié par le gouvernement burkinabè.

Parlez-nous de ce qui est fait dans les secteurs de l’agriculture et de la décentralisation…

Dans le domaine de la décentralisation, notre appui a consisté, entres autres, à fournir des services et infrastructures locaux et à renforcer la participation citoyenne des populations. Nous participons également à la construction d’infrastructures et à la formation des fonctionnaires. Nous avons accompagné le renforcement des capacités des collectivités territoriales. Pour ce qui est de l’agriculture, nous avons contribué à l’augmentation de la production agricole. L’ensemble de nos interventions vise à accompagner le Burkina Faso dans l’atteinte des Objectifs de développement durable déclinés dans le Plan national de développement économique et social (PNDES).

La coopération germano-burkinabè prend-t-elle en charge le volet sécurité, vu que le pays traverse des moments difficiles dans ce domaine ?

Nous sommes conscients de la situation que vivent les Burkinabè et nous sommes proches du Burkina. C’est pourquoi, ces dernières années, le volet sécurité a pris une place importante dans la coopération entre nos deux pays, avec la mise en place de différents projets. Il y a par exemple un groupe d’experts de l’armée allemande qui travaille avec le génie militaire de l’armée burkinabè. La situation sécuritaire étant liée à la situation humanitaire, le gouvernement allemand accompagne le Burkina à travers des ONGs telles que le CICR et différentes structures du système des Nations-Unies.

Quelles explications donnez-vous à la percée chinoise et russe dans le monde ?

La Chine et la Russie sont des grandes nations. J’ai un profond respect pour la contribution des peuples chinois et russe dans les cultures du monde. Tout comme l’Allemagne, la Chine et la Russie entretiennent des relations étroites avec beaucoup de pays en Afrique. Je suis convaincu que les gouvernements et les peuples des pays africains analysent très sérieusement les différentes options et modèles de coopération et prennent les meilleures décisions pour leurs pays respectifs.

L’Allemagne restera un partenaire privilégié du Burkina et nous continuerons à accompagner le Burkina Faso dans sa politique de développement économique et social.

Gérard BEOGO

Collaborateur/ Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com