Actualité

Alpha Condé, l’ex-opposant historique accusé de dérive autoritaire arrêté par les militaires: Quelques dates clés de la Guinée depuis 1958

Les militaires ont  affirmé avoir capturé ce dimanche au coeur de Conakry, la capitale, le président guinéen Alpha Condé,  un ancien opposant historique qui a fait modifier la Constitution, lui permettant de briguer un troisième mandat controversé, écornant davantage son ancienne image de réformateur et de démocrate. Quelque date clées dans l’histoire de la Guinée

Rappel des dates clés de la Guinée depuis son indépendance en 1958.

– 1958: indépendance –

Le 2 octobre 1958, Ahmed Sékou Touré proclame l’indépendance, quelques jours après que la Guinée a refusé par référendum d’intégrer une « communauté » franco-africaine proposée par le général de Gaulle.

En janvier 1961, Sékou Touré est élu président. Le socialisme est proclamé en 1967.

– 1958-1984: Sékou Touré au pouvoir –

« Père de l’indépendance » et héros tiers-mondiste, Ahmed Sékou Touré troque rapidement ses habits de dirigeant progressiste pour gouverner d’une poigne de fer pendant 26 ans un pays exsangue.

Son régime est responsable de la mort ou de la disparition de 50.000 personnes, selon les organisations des droits de l’Homme, et de l’exil de centaines de milliers d’autres.

1984-2008: Lansana Conté au pouvoir –

Le 3 avril 1984, une semaine après la mort de Sékou Touré, un Comité militaire prend le pouvoir, dirigé par le colonel Lansana Conté qui dirige en maître absolu. Son régime fait face à une tentative de coup d’Etat en 1985 et à une mutinerie de soldats meurtrière en 1996.

Lansana Conté est élu président en 1993, puis réélu à deux reprises lors de scrutins contestés ou boycottés par l’opposition.

Début 2007, de grandes manifestations hostiles au « système Conté » sont réprimées, faisant plus de 180 morts selon les ONG.

– 2008: coup d’Etat –

Le 23 décembre 2008, des militaires prennent le pouvoir sans effusion de sang au lendemain du décès de Lansana Conté. Le gouvernement renversé fait allégeance à la junte dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara.

Le 28 septembre 2009, les forces de sécurité ouvrent le feu dans un stade où sont rassemblés des milliers d’opposants. Au moins 157 personnes sont tuées, plus d’une centaine de femmes sont violées.

En décembre, Moussa Dadis Camara est blessé par balle à la tête par son aide de camp.

– 2010: Condé, 1er président démocratiquement élu –

En janvier 2010, le général Sékouba Konaté, président par intérim, signe avec Moussa Dadis Camara un accord prévoyant un scrutin présidentiel.

Le 7 novembre, l’opposant historique Alpha Condé devient le premier président démocratiquement élu.

Le 19 juillet 2011, il sort indemne d’une attaque menée par des militaires contre sa résidence de Conakry.

Il est réélu le 11 octobre 2015, au terme d’un scrutin émaillé de violences et d’accusations de fraude.

– 2013: épidémie d’Ebola –

Fin 2013, débute en Guinée l’épidémie la plus meurtrière de fièvre hémorragique Ebola, qui provoque jusqu’en 2016 la mort de plus de 2.500 personnes dans le pays.

– 2019-2020: 3e mandat de Condé –

A partir d’octobre 2019, la perspective d’un troisième mandat de M. Condé en 2020 génère une contestation qui fera des dizaines de morts civils. Une nouvelle Constitution invoquée par M. Condé pour briguer un 3e mandat est adoptée le 22 mars 2020 lors d’un référendum boycotté par l’opposition.

Alpha Condé est déclaré large vainqueur de la présidentielle du 18 octobre 2020, malgré les protestations de son principal challenger Cellou Dalein Diallo et d’autres adversaires qui crient à la tricherie.

Source AFP

L’article Alpha Condé, l’ex-opposant historique accusé de dérive autoritaire arrêté par les militaires: Quelques dates clés de la Guinée depuis 1958 est apparu en premier sur Quotidien Sidwaya.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com