Politique

Burkina/Politique : Les Forces progressistes en conclave pour établir un programme de société sankariste

Les responsables de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) et du Mouvement patriotique pour le salut (MPS) ont organisé, le samedi 4 septembre 2021 à Ouagadougou, « une rencontre de cadres ». L’objectif était de permettre aux participants de créer un brassage afin de faire d’eux des relais auprès de leurs bases respectives pour un « succès franc » de la fusion annoncée par la signature d’une convention en début août 2021.

En prélude à leur congrès extraordinaire prévu les 30 et 31 octobre 2021 et aux échéances électorales à venir, l’alliance des partis politiques sankaristes, constituée de l’UNIR/PS et du MPS, a tenu une rencontre. Elle a réuni les cadres des deux partis aux fins d’élaborer un programme progressiste et sankariste qui va les conduire « comme un seul homme » aux différentes élections à venir.

A cet effet, le président de la coalition, Bénéwendé Stanislas Sankara, reconnaît qu’un regroupement de partis politiques n’est pas chose aisée. Pour lui, même si les partis se fédèrent et que les militants n’adhèrent pas, cela reste peine perdue.
Pour que la mayonnaise prenne, il était donc nécessaire pour eux, cadres, d’initier cette rencontre d’échanges.

Les cadres des différents partis politiques sankaristes.

Pour mieux cerner l’enjeu du sujet, les échanges se sont tenus autour d’un panel sous le thème « Regroupement des forces progressistes : quelle alternative pour le peuple burkinabè ? ». Il a aussi été question de l’unité d’ensemble pour aller « comme un seul homme » au congrès qui se tiendra en octobre prochain. « Nous, nous sommes de ceux qui pensent un développement endogène participatif. C’est-à-dire que les Burkinabè doivent prendre en main leur propre destin », a indiqué Bénéwendé Sankara.

De son avis, la question d’une alternative est déjà réglée au sein des forces progressistes. Mais, précise-t-il, « en tant que force politique, il faudrait que nous ayons un programme commun qui sera notre bréviaire, notre Coran à suivre. En clair, nous voulons ensemble établir un programme de société progressiste, sankariste à suivre, à défendre pour le peuple burkinabè ».

Bénéwendé Stanislas Sankara, président des forces progressistes.

Toujours selon le président Bénéwendé Stanislas Sankara, les élections municipales de 2022 et présidentielle de 2025 constituent d’énormes enjeux pour les sankaristes, à l’instar des années précédentes, au regard des différents combats politiques et historiques menés pour le bien-être du peuple burkinabè. En ce sens, il a soutenu qu’ « il y a 20 ans que nous sommes sur l’échiquier politique national. Nous avons mené toutes les formes de luttes politiques et historiques pour le bien-être du peuple burkinabè ».

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com