Assemblée nationale du Burkina Faso : Ouverture de la deuxième session ordinaire

Conformément à l’arrêté n°2021-035/AB/PRES portant convocation de la deuxième session ordinaire de l’année 2021, le Président de l’Assemblée nationale (AN), Bala Alassane Sakande a procédé ce mercredi 29 Septembre 2021 à l’ouverture solennelle de la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale . Une délégation de parlementaires venue du Ghana et conduite par son premier Vice-Président Joseph Osei Owusu, représentant le président de l’Assemblée nationale ghanéenne était présente à cette ouverture.

Pendant 3 mois, les parlementaires burkinabè vont se pencher sur l’examen et l’adoption de la loi de finance comptant pour l’exercice 2022.

Aussi, selon le Président, les députés vont examiner outre la loi de finance, au cours de cette session ordinaire, d’autres projets de loi. Il s’agit du projet de loi portant réglementation et promotion du volontariat au Burkina Faso et du projet de loi portant révision du code électoral.

Alassane Bala Sakandé, dans son discours d’ouverture a laissé entendre que le parlement burkinabè va travailler à l’amélioration de la confiance entre gouvernants et gouvernés. C’est dans ce sens que le processus de l’examen et de l’adoption de la loi de finance sera rendu public. Cette démarche a pour but selon Alassane Bala Sakandé de «renforcer la confiance entre les Burkinabè et responsables politiques » enfin qu’ils sachent comment le budget de l’Etat est conçu et dépensé.

Le président de l’Assemblée nationale a également milité pour une révision de la loi portant réglementation générale de la commande publique et conséquemment du décret portant procédure de passation, d’exécution et règlement des marchés publics et de délégation de service public pour selon lui, « éviter les drames humains que le pays a connu cette année (…) et combler le déficit de confiance entre les Burkinabè et les responsables politiques ». Selon lui, en faisant cette proposition, l’objectif est de faire comprendre aux Burkinabè qu’aucune personne ne peut violer la loi sans être inquiétée. « Il ne s’agit pas pour les Burkinabè d’être sûrs que ceux qui les gouvernent sont guidés par le sens de l’intérêt général. Il s’agit plutôt pour les Burkinabè d’être sûrs que ceux qui les gouvernent devront répondre s’ils se laissent guider par l’intérêt personnel qu’à l’exercice de leur fonction (…). Il s’agit pour les Burkinabè d’être sûrs que toute personne physique ou morale qui manquerait à ses obligations dans le cadre de l’exécution contractuelle d’un marché public sera soumise à la rigueur de la loi », s’est exprimé Alassane Bala Sakandé.

Avant de clore son propos, le président de l’Assemblée nationale a tenu à féliciter les mesures prises par le gouvernement à travers les forces de sécurité pour mettre fin au trafic illicite de carburant et en même temps couper la source d’approvisionnement des terroristes en carburant. Bala Sakandé a invité les Burkinabè à faire corps avec les autorités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pour un Burkina prospère et de paix.

Ismaël Ganamé

Faso7

L’article Assemblée nationale du Burkina Faso : Ouverture de la deuxième session ordinaire est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com