Chronique judiciaire du samedi : Son totem, voir une porte ouverte la nuit !

Voler pour survivre ? C’est l’alibi fourni par le prévenu à la barre. Mais  cela n’a pas suffi aux yeux du procureur.

« Voleur professionnel ». C’est ainsi que le procureur a qualifié S.H, jeune homme de 25 ans traîné devant le tribunal et confronté à  trois de ses victimes. On aurait pu ajouter aussi « comédien ». L’une de ses victimes affirme en effet qu’une nuit, après être passé par-dessus son mur et atterri dans sa cour, il s’est présenté à elle comme mourant et désirant boire de l’eau !

S.H le dit lui-même devant la cour. Il aime chaparder. De préférence les sacs délaissés et oubliés par leurs propriétaires. Et surtout, les portes qui sont laissées ouvertes une fois la nuit tombée !

Dès qu’il en apercevait une, il se glissait dans la bâtisse où généralement les locataires sont en train de dormir, ayant oublié de rabattre l’ouverture de leur gîte. Mais que volait généralement ce voleur « professionnel » ? Clé USB, porte-monnaie, lunette et parfois des sommes d’argent s’il en trouvait. 

Lorsqu’on lui demandait pourquoi il faisait cela, S.H répondit qu’il voulait s’acquitter d’une dette !

Les victimes n’ont pas réclamé de dommages à leur malfaiteur. Mais le Procureur s’est montré plus dur. Il a requis  une peine d’emprisonnement de 36 mois ferme plus une amande de 100 mille francs assortie de sursis. Le juge suivra-t-il cette réquisition ?

Faso7

L’article Chronique judiciaire du samedi : Son totem, voir une porte ouverte la nuit ! est apparu en premier sur Faso7.

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com