Actualité

Face à face virtuel entre les candidats à la présidentielle : La diaspora burkinabè se contentera du planning de l’OPA-BF

Le Conseil supérieur des burkinabè de l’étranger (CSBE), section France, a organisé un face à face virtuel entre les candidats et la diaspora, le mardi 17 novembre 2020. Il s’agit pour les candidats en lice à la présidentielle d’éclairer la lanterne des Burkinabè de l’extérieur sur leur programme. Sur 6 candidats attendus pour le débat, c’est finalement un, en la personne de Me Ambroise Farama, qui a pu honorer le rendez-vous.

L’idée du CSBE est à saluer à sa juste valeur sauf qu’il a oublié l’épineux souci de connexion au « pays des hommes intègres ». Plusieurs candidats qui devraient être en ligne pour le débat, se sont vus confronter à des ennuis techniques liés à la connexion. C’est l’occasion pour eux de mettre la croissance du numérique en pôle position dans leurs programmes de développement respectifs.

En effet, 10 candidats qui avaient donné leur accord de principe pour participer aux débats sur les 13 en lice, 4 ont désisté pour des raisons de calendriers. Pour des raisons techniques liées à la connexion, les candidats Tahirou Barry, Kam Yéli Monique, Gilbert Noel Ouédraogo, Abdoulaye Soma et Pascal Do Séssouma, ont manqué le rendez-vous.

Me Ambroise Farama a été le seul à répondre aux questions des journalistes. Il s’est exprimé sur des questions comme la sécurité, la diaspora, la santé et le chômage, entre autres.

Aux Burkinabè de l’extérieure, le candidat de l’Organisation des peuples africains (OPA-BF), Me Ambroise Sigui Farama, a laissé entendre qu’aucun sentier de développement ne pourra être mené et abouti sans la paix et la sécurité. « Par conséquent, élu président, il s’agira pour nous dans un premier temps, de chercher à savoir qui nous attaque ? Qui finance le terrorisme et à qui cela profite ? », a-t-il confié.

Pour lui, il est manifestement établi que se sont les marchands d’armes impérialistes qui financent le terrorisme. La prochaine étape sécuritaire de Me Farama, sera de demander à tous les pays qui ont une base militaire au Burkina Faso de rentrer chez eux, et enfin rehausser le budget de la défense à 20%.

Pour ce concerne la politique dédiée à la diaspora, l’OPA-BF salue déjà la concrétisation des votes des Burkinabè de l’extérieure. « Cependant, cet effort reste insuffisant. Nous au pouvoir, nous œuvrerons à prôner l’actionnariat populaire en faisant la part belle à nos ressortissant vivants à l’étranger. Cela permettra à ces derniers de participer véritablement au développement du pays », a-t-il déclaré.

En matière de santé, l’équation est simple pour le parti anti-impérialiste. Il s’agit de mettre l’accent sur la santé préventive, multiplier les centres de santé, recruter et former les agents de santé. La solution magique du candidat de l’OPA-BF pour résorber le problème de chômage consistera en la création des unités de transformation de ce que le Burkina produit. « C’est ce qui va diminuer le chômage au Burkina Faso, car la Fonction publique ne pas absorber tout le monde », a-t-il conclu.

Obissa Juste MIEN

LeFaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com