Actualité

Présidentielle 2020 au Burkina Faso : Ce deuxième essai pour Zéphirin Diabré …

Il était annoncé comme le challenger direct du Président-candidat Roch Marc Christian Kaboré. Lui-même y croyait dur comme fer que son heure avait sonné. Mais une fois de plus, c’est la déception dans le camp de l’Union pour le Progrès et le changement (UPC). En plus, il se fait devancer par Eddie Komboigo, candidat du Congrès pour la Démocratie et le Progrès, absent lors de la présidentielle de 2015

Arrivé deuxième en 2015 avec un score de 29,65%, Zéphirin Diabré échoue cette fois au pied du podium. Avec un score de 12,46%, le candidat du parti du lion n’a pas fait le poids devant son adversaire  qu’était le candidat Roch Marc Christian Kaboré.

Pourtant de la foule, il aura soulevée durant les campagnes électorales. Son programme politique est également des plus ambitieux. Sa personnalité d’homme d’Etat n’est plus aussi sujet à débattre. Mais tout cela n’aura pas suffi pour détrôner Roch Marc Christian Kaboré du fauteuil présidentiel, bien qu’ayant suffisamment été en difficulté compte tenu de son bilan mitigé par rapport à sa gestion de la crise sécuritaire.

Zéphirin Diabré avait raison de croire que le moment était propice pour avoir la confiance des Burkinabè. Pendant les trois semaines de campagne, il a vanté le mérite de son projet de société consigné dans un document de plus de 300 pages. Se considérant comme le candidat qui n’a pas de passif, Zéphirin Diabré a prêché la réconciliation nationale et le retour des exilés politiques. Il se présentait comme l’unique candidat qui pouvait gouverner avec tous les acteurs politiques (le régime déchu de Blaise Compaoré à sa gauche et celui de Roch Kaboré à sa droite). Mais tout cela n’aura pas suffi à convaincre les électeurs qui ont préféré dans leur majorité la continuité avec Roch Marc Christian Kaboré.

Mais la véritable désillusion, c’est de perdre sa deuxième place. Certes, l’UPC partait aux élections en étant un peu diminuée suite aux défections qu’elle a enregistrées dans ses rangs, mais de là à enregistrer une telle contreperformance aura été la grosse surprise de ces élections couplées. Fraudes,  comme le clament les opposants ? Remontée du CDP ? Pesanteurs socio-culturelles aux relents inavouables ?

Dans tous les cas,  l’UPC et son candidat devront faire le bilan, tirer les leçons et  bien se préparer pour revenir en 2025.

Source : Burkina24.com

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com