Actualité

Projet d’appui au secteur extractif : Le Comité consultatif national tient sa deuxième session annuelle

Le projet d’appui à la gouvernance et à la croissance économique et durable en zones extractives (AGCEDE) tient ce 9 décembre 2020 à Ouagadougou, la deuxième session annuelle du Comité consultatif national (CCN). L’occasion sera mise à profit par les participants pour faire le bilan de l’exécution du projet durant le premier semestre de l’année 2020 et de dégager des recommandations et orientations claires afin de permettre à l’équipe du projet de poursuivre une mise en œuvre efficace.

Le comité consultatif national est une instance de concertation regroupant plusieurs acteurs que sont les autorités, les communautés locales, les sociétés minières ainsi que les autres parties prenantes à la mise en œuvre du projet AGCEDE. Il est chargé de donner les orientations et les directives pour la mise en œuvre des activités sur le terrain.

Une vue des participants

Le CCN se réunit deux fois l’an, une première fois pour valider la planification annuelle des activités et du budget, et une seconde fois au cours de l’année pour analyser la mise en œuvre des activités à mi-parcours. « A cette session nous sommes à la rencontre de validation des documents à mi-parcours et nous allons aussi réfléchir sur les orientations que le comité pourrait donner à l’équipe du projet », a laissé entendre Priscille Zongo, présidente du comité consultatif national. Les participants vont donc de façon spécifique, examiner et valider le compte rendu du dernier CCN, le rapport semestriel ainsi que le budget réaménagé.

La présidente du CCN, Priscille Zongo

Le projet AGCEDE est une initiative du gouvernement canadien et est mis en œuvre dans trois pays que sont le Burkina Faso, le Ghana et la Guinée. Il intervient dans 112 villages des régions des Hauts-Bassins et de la Boucle du Mouhoun et vise à briser le cercle vicieux dans lequel les communautés locales, en particulier les femmes et les jeunes, sont exclues des avantages des investissements du secteur extractif. Le projet s’appuie sur trois composantes clés que sont la gouvernance locale, la croissance économique locale durable et inclusive et le partage des connaissances sur les meilleures pratiques de développement en zone extractive.

Le coordonnateur du projet AGCEDE, Issaka Ouédraogo

Selon Issaka Ouédraogo, coordonnateur national du projet AGCEDE, les activités menées par le projet consistent à « accompagner les jeunes et les femmes dans les activités génératrices de revenus, renforcer leurs capacités dans les domaines de l’entrepreneuriat, les former aux métiers et renforcer les capacités des entreprises pour développer l’économie locale et leur permettre de s’autonomiser et saisir des opportunités qu’offrent les entreprises minières ».

Il affirme que des résultats sont déjà visibles sur le terrain, puisque plusieurs associations de femmes et de jeunes ont vu leurs capacités renforcées, et des entreprises locales saisissent l’opportunité qu’offrent les activités minières, contribuant ainsi au développement local.

Mis en œuvre depuis 5 ans, le projet AGCEDE devrait s’étendre jusqu’en 2022.

Armelle Ouédraogo

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com